Minerals Technologies surenchérit sur Amcol contre Imerys

le
0

PARIS (Reuters) - Deux jours après celle d'Imerys, le groupe américain Minerals Technologies a présenté vendredi une offre de rachat de son compatriote Amcol, engageant un bras-de-fer financier avec le spécialiste français des minéraux pour l'industrie.

Minerals Technologies propose d'acquérir la totalité d'Amcol pour 42 dollars par action, un prix unitaire supérieur d'un dollar à celui convenu entre Imerys et sa cible.

La nouvelle offre représente un montant global de 1,36 milliard de dollars, hors reprise de dette. Mercredi, Imerys avait évoqué un prix global de 1,6 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros), dette comprise, pour son offre, approuvée par le conseil d'administration d'Amcol. (voir: )

"Imerys continue de travailler avec Amcol", a déclaré vendredi un porte-parole d'Imerys. "Cette contre-offre ne change en rien la position d'Imerys, qui va continuer à travailler sur ce dossier. Si la contre-offre se confirme, ce sera d'abord à Amcol de décider."

Amcol n'a pas répondu dans l'immédiat à des demandes de commentaires.

"Même si cela n'est pas confirmé, nous avons cru comprendre que Minerals Technologies et Amcol avaient eu des discussions l'an dernier, mais qu'elles ont été interrompues lorsqu'Amcol est entré en discussions exclusives avec Imerys", a écrit Al Kaschalk, analyste de Wedbush Securities, dans une note à ses clients.

Amcol est spécialisé dans la bentonite, une argile aux applications très polyvalentes qui lui valent le surnom de "minéral aux mille usages".

De son côté, Minerals Technologies produit notamment du carbonate de calcium, qui sert principalement à blanchir des produits tels que le papier ou le talc.

A la Bourse de New York, l'action Amcol gagnait 8,32% à 44,79 dollars en début d'après-midi tandis que Minerals Technologies prenait 0,3% à 53,24 dollars.

A Paris, le titre Imerys a fini en recul de 1,13% à 63,22 euros. Parallèlement à la contre-offre sur Amcol, Moody's a annoncé vendredi avoir placé les notes d'Imerys sous revue pour une possible dégradation, jugeant que l'OPA pourrait compromettre le maintien de la note long terme Baa2.

L'agence précise dans un communiqué qu'une éventuelle dégradation serait sans doute limitée à un échelon.

Marc Angrand et Matthias Blamont, avec Swetha Gopinath et Garima Goel à Bangalore

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant