Mille vrais amis sur Facebook, c'est un mythe!

le
0
Mille vrais amis sur Facebook, c'est un mythe!
Mille vrais amis sur Facebook, c'est un mythe!

Contrairement aux idées reçues, les réseaux sociaux en ligne ne nous permettent pas d'avoir plus d'amis, selon une étude publiée mercredi dans le journal Royal Society Open Science.Le nombre maximum de personnes avec lesquels nous pouvons entretenir des relations sincères et fortes tourne autour de 150. Ce chiffre a été défini par le Britannique Robin Dunbar, également auteur de cette étude, et serait lié à la taille de notre cerveau. A cette limite physiologique, s'ajoutent des impératifs de temps car entretenir de vraies relations amicales est chronophage.Ainsi, nos connaissances peuvent être classées par niveau d'affinité: amis intimes, meilleurs amis, bons amis, amis, connaissances, et enfin les personnes que nous connaissons de vue. Selon l'étude, ces groupes ont été évalués et se composent respectivement de 5, 15, 50, 150, 500 et 1.500 personnes."Les amis (évalués à 150) représentent des personnes avec lesquels nous avons de vraies relations, avec qui nous avons développé des obligations mutuelles", explique à l?AFP Robin Dunbar, professeur de psychologie à l'université d'Oxford.Ce chiffre peut varier mais faiblement. "C'est comme si nous avions chacun une quantité limitée de capital social et que nous pouvions choisir d'en investir moins mais avec plus de gens ou plus mais avec moins de gens, mais sans pouvoir dépasser cette quantité", explique le chercheur.En théorie, les réseaux sociaux qui se développent sur internet devraient limiter les contraintes de temps et d'espace et nous permettre de maintenir des réseaux beaucoup plus importants.Or deux enquêtes distinctes réalisées au Royaume-Uni prouvent le contraire. Amitiés en ligne ou en chair et en os, le nombre en est limité à 150.Selon l'étude, les nouveaux outils de communication (comme Twitter ou Facebook) facilitent l?entretien des liens amicaux mais ne permettent pas de dépasser le nombre de Dunbar.Et de toute façon, pour que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant