Mille arbres à Paris, projet emblématique de la capitale de demain

le
1

CARTE INTERACTIVE - Parisiens, votre quartier va changer! En cliquant sur notre carte, vous verrez où et comment les lauréats du concours Réinventer Paris vont faire bouger les lignes. Premier focus sur le XVIIe où le Japonais Sou Fujimoto s’allie de nouveau avec son archi parisien favori, Manal Rachdi.

La première fois, je les ai rencontrés à Montpellier. Ils participaient à un concours pour construire une folie du XXIe siècle. Sou Fujimoto expliquait son travail, sa vision, sans emphase avec des mots précis et parlait de l’importance que revêtait pour lui le rapport entre l’extérieur et l’intérieur, la nature et le bâti. Il a gagné le concours. Aujourd’hui, cet admirateur de Le Corbusier est de nouveau associé à l’agence Oxo de Manal Rachdi, qui a fait ses armes auprès de Jean Nouvel, et les deux compères viennent d’être choisi pour leur projet, Mille arbres. Où? A la limite du XVIIe arrondissement de la capitale (16-24 avenue Pershing et Avenue de la Porte de Ternes) tout près du Palais des Congrès de Paris.

Sur un terrain occupé par un parc de stationnement pour autocars et un parking sur 6 450 m², les deux complices proposent là un nouveau pari inventif qui se prolongera en enjambant le boulevard périphérique. Sa forme exceptionnelle, en pyramide inversée, permet d’avoir une emprise minimale sur le sol tout en libérant un maximum d’espace accessible au public. Les images nous en mettent plein les yeux, elles parlent pour eux.

Un immeuble pont au-dessus du périphérique entre la Porte Maillot et la Porte des Ternes

Côté promoteur, c’est aussi un duo qui est aux manettes: OGIC et La Compagnie de Phalsbourg. «La place de la nature dans l’urbanisme de nos villes sera l’un des enjeux du XXIe siècle. Nous allons réconcilier nature et architecture. Nous proposons aux Parisiens un nouvel art d’habiter, de travailler et de vivre» explique Emmanuel Launiau, le président du directoire d’OGIC. C’est Bouygues Construction qui sera chargée de la réalisation de ce projet pas comme les autres.

«À une époque où sur certaines parties du globe, les hommes veulent construire des tours de 1000 mètres, nous pensons que l’ambition et l’audace, dans la capitale d’un pays au passé glorieux, à la fois sage et sûr de lui comme la France, c’est d’oser un autre modèle de développement urbain, c’est de planter 1000 arbres ici, au-dessus du périphérique» ajoute Philippe Journo, le président de la Compagnie de Phalsbourg.

Alors ces mille arbres, que cachent-ils? Cette «forêt» abritera des immeubles d’habitation, des bureaux, un hôtel, des restaurants, un pôle dédié aux enfants et une gare routière. Dans le détail, sont ici prévus 127 logements (privés, sociaux et intermédiaires), plus de 27.000 mètres carrés de bureaux, un hôtel 4 étoiles de 250 chambres. Et puis (c’est tendance), on trouvera aussi dans les immeubles de logement une pièce commune qui doit permettre aux habitants de faire des assemblées, des fêtes, tout comme des chambres d’hôtes pour loger amis et familles de passage, sans oublier un jardin-terrasse commun au 8e étage avec une cuisine commune extérieure et même une buanderie commune au 7e étage! Le tout construit sera au-dessus du boulevard périphérique. Utopique? Qui sait? Sous les pavés la plage... deviendra peut-être plusieurs décennies plus tard: Sur le macadam, des arbres!

«Avec Mille Arbres, vous voyez, comme dans un rêve, un village flottant au milieu d’une forêt, dans Paris. C’est une nouvelle façon de découvrir la ville. Au niveau de la rue, nous avons aussi une forêt dans un parc public où l’on peut se sentir au calme, dans une atmosphère fraîche. Cette forêt avec ses mille arbres crée une intégration tridimensionnelle de la nature et de l’architecture» imagine Sou Fujimoto.

Une maison de la biodiversité, gérée par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), sera implantée là, on pourra y suivre des cours et des ateliers éducatifs. Philippe Starck doit aussi être de l’aventure avec un «Food Court», une place dédiée aux tables d’hôtes, des ateliers ou une école de cuisine diététique. Les enfants ne sont pas oubliés, une crèche, une halte-garderie, des cabanes en matériaux recyclés doivent parfaire l’ensemble.

Reliant Paris à Neuilly-sur-Seine, le projet est symbolique. Vue de loin, la signature est belle. «Mille arbres, avec son village et sa forêt habitée propose une nouvelle «skyline» verte pour Paris» expliquent Sou Fujimoto et Manal Rachdi. Ces deux amoureux de la nature crééront ainsi une frontière végétale entre Paris intra muros et hors des murs, avec des essences faites pour résister à l’atmosphère ubaine. Et si on les croit, cette nouvelle forêt pourrait aussi consister en un rempart contre la pollution. L’idée est belle, non?

Ce projet, tout comme les 21 autres lauréats (ainsi que les 74 finalistes et les 358 projets initiaux) sont à découvrir jusqu’au 8 mai, dans une exposition au Pavillon de l’Arsenal. Et tous les samedis à 15h, visite guidée, inscription gratuite.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 10 mois

    J'ai arrêté de lire à "cet admirateur de Le Corbusier".