Milito : "L'émotion pour un Clásico est toujours très forte"

le
0

À 36 ans, il est encore possible de ressentir la passion qui nous animait à nos 20 ans. Diego Milito, capitaine et attaquant du Racing Club d'Avellaneda, connaît l'importance du Clásico du quartier le plus passionné de Buenos Aires, où cent mètres séparent le stade du Racing et de l'Independiente. Entretien avec un cœur d'artichaut qui, lors du Clásico en 2003, avait réclamé un carton rouge contre son frère pour l'avoir arrêté alors qu'il filait au but.

Pourquoi es-tu du Racing Club ? C'est la faute de mon cousin. C'est lui qui m'a amené la première fois au stade quand j'avais 7 ans et qui m'a transmis la passion pour ce club. Tout de suite, je suis tombé amoureux de ce club. Un an après, j'ai eu la possibilité d'y entrer et voilà. Je commençais mon parcours dans le club que j'aimais.
D'ailleurs, c'est surprenant que tu sois du Racing quand presque toute ta famille est de l'Independiente, surtout ton frère Gabriel... Tout à fait. Du côté de ma mère, ils sont tous du Rojo ! Mais moi, j'ai toujours défendu le maillot du Racing, car je m'identifiais fortement dans la passion qui entoure ce club, une passion énorme qui ne m'a jamais lâché, même quand je suis allé jouer en Europe. Et bien sûr, avec mon frère, on s'est engueulés plusieurs fois
Maintenant, tu as 36 ans. Tu étais plus ému pendant un Clásico à tes 20 ans, ou la sensation est pareille ? Ce type de match-là est toujours spécial, mais c'est clair que plus on est vieux, plus on est tranquilles. Mais en général, c'est un match que je vis toujours avec beaucoup d'adrénaline. C'est une rivalité très passionnante, que tu connais depuis que tu commences à jouer dans les championnats de jeunes.
Tes meilleurs souvenirs lors d'un Clásico ? Plusieurs. Évidemment, je me souviens avec beaucoup de joie de notre victoire chez eux en 2001, et aussi lorsque l'on a gagné l'année dernière, à la maison. Ces deux matchs sont ceux que je garderai toujours dans mon cœur.
Ce week-end, il y a aussi le Superclásico Boca-River. Explique-nous la différence entre ce match et le Clásico de Avellaneda. Évidemment, un Boca-River a une plus grande répercussion dans tout le pays, et c'est plus connu dans le monde. Mais le Clásico d'Avellaneda, c'est spécial, car il représente un quartier. Les deux stades sont côte à côte, et la passion y est donc très concentrée. C'est quelque chose qui n'existe pas dans autres endroits, comme par exemple en Europe. Et je ne peux pas le décrire avec des mots.
À l'heure actuelle, vous avez 5 points de plus que l'Independiente. Avec la nouvelle formule du…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant