Militants d'extrême droite et antiracistes arrêtés à Bruxelles

le
0
    BRUXELLES, 2 avril (Reuters) - La police belge a interpellé 
des militants d'extrême droite et des manifestants antiracistes 
samedi à Bruxelles à la suite d'incidents déclenchés par 
l'annonce d'un rassemblement nationaliste dans la commune de 
Molenbeek.  
    Les autorités avaient interdit cette manifestation ainsi 
qu'une contre-manifestation à l'appel de groupes antiracistes, 
mais des militants d'extrême droite se sont néanmoins rendus à 
Molenbeek. Au moins sept d'entre eux ont été appréhendés. 
    "Il y avait un rassemblement prévu par l'extrême droite, 
alors un groupe important de jeunes (du quartier) s'est 
rassemblé et à un certain point, ils étaient 300 à 400 à 
encercler le commissariat", a déclaré un porte-parole des forces 
de l'ordre.  
    Un face-à-face tendu s'en est suivi entre les habitants et 
les policiers. Un canon à eau était déployé mais n'a pas été 
utilisé. Environ 200 policiers antiémeute sont mobilisés à 
Molenbeek. 
    Une femme a été heurtée par un véhicule qui a fait demi-tour 
brusquement après avoir approché les forces de police. 
    Dans le centre-ville, la police a interpellé une dizaine de 
militants antiracistes qui s'étaient regroupés place de la 
Bourse, où des fleurs, des bougies et des drapeaux ont été 
déposés en mémoire des 32 victimes des attaques du 22 mars.  
    La télévision a également diffusé les images d'un 
rassemblement d'une trentaine de militants d'extrême droite à 
Dilbeek, à l'ouest de Bruxelles. 
    Plusieurs membres du commando responsable des attentats du 
13 novembre dernier à Paris et Saint-Denis étaient originaires 
de Molenbeek, où Salah Abdeslam a été arrêté le 18 mars après 
quatre mois de cavale. 
 
 (Philip Blenkinsop, Elly Biles; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant