Militaires tués en Guyane : les suspects resteront au Brésil

le
0
Faute d'accord d'extradition, Brasilia jugerait les responsables présumés du meurtre de deux militaires français.

Interpellés vendredi dans le nord du Brésil, les responsables présumés de la mort de deux militaires français, le 27 juin lors d'une opération contre des chercheurs d'or clandestins en Guyane, sont passés aux aveux, selon la police militaire brésilienne. Ils ont reconnu avoir participé au meurtre, dans la région de Maripasoula, du caporal-chef Sébastien Pissot, 32 ans, et de l'adjudant Stéphane Moralia, 29 ans, militaires du 9e régiment d'infanterie de marine (RIMa), qui participe aux opérations «Harpie» contre les orpailleurs.

Les deux Brésiliens, identifiés sous les noms de Manoel Ferreira Moura, 25 ans, dit «Manoelzinho» (le petit Manuel), et Ronaldo Silva Lima, dit «O Brabo» (le novice en orpaillage), ont été arrêtés à Macapa, capitale de l'État brésilien d'Amapa (Nord), par l'unité d'élite brésilienne du bataillon des opérations spéciales (BOPE). Une jeune femme a également été interpellée alors qu'elle se trouvait avec eux dans un taxi.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant