Militaire français tué au Mali : un groupe djihadiste revendique

le
0
Militaire français tué au Mali : un groupe djihadiste revendique
Militaire français tué au Mali : un groupe djihadiste revendique

Le groupe djihadiste, Ansar Dine, du Malien Iyad Ag Ghaly, lié à Al-Qaïda, a revendiqué la mort du militaire français, victime d'une mine dans la nuit de vendredi à samedi au nord du Mali. Fabien Jacq, maréchal des logis-chef, est décédé des suites de ses blessures au poste français de Tessalit. 

Selon un communiqué du ministère français de la Défense, « deux véhicules de l'avant blindé (VAB) appartenant à un convoi logistique de la force Barkhane (...) ont subi une attaque par un engin explosif alors qu'ils faisaient route au nord-est de Kidal ». « L'explosion a provoqué la mort du maréchal des logis-chef, Fabien Jacq, blessé plus légèrement un autre soldat, et commotionné trois autres ». Le président de la République, François Hollande, a exprimé dans un communiqué son « émotion » et « salué le sacrifice » de ce sous-officier.

 

Une explosion au passage d'un véhicule 

 

Les groupes djihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali en 2012 en ont été en grande partie chassés à la suite de l'opération Serval. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et de l'ONU (Minusma), qui sont régulièrement la cible, tout comme Barkhane, d'attaques attribuées à des groupes terroristes armés. Un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes a été signé en mai-juin 2015, mais son application accumule les retards.

Le convoi d'une soixantaine de véhicules faisait route vers Abeïbera (140 km au nord-est de Kidal) lorsqu'une explosion s'est produite au passage d'un des véhicules, a précisé l'état-major des armées. La nature du déclenchement - à distance ou pas - n'est pas encore déterminée, a-t-il ajouté.

 

16 militaires français tués au Mali

Une source militaire étrangère au Mali à déclaré que « le militaire français décédé faisait partie d'une mission de l'opération Barkhane au nord-est de Kidal. Les deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant