Milan, les raisons d'y croire

le
0
Milan, les raisons d'y croire
Milan, les raisons d'y croire

Toujours coincé en milieu de tableau, le Milan AC n'a pas réalisé un grand début de championnat. Mais derrière la situation purement comptable, les Rossoneri commencent enfin à afficher des progrès. Et si le changement, c'était vraiment maintenant ?

Milan-Sassuolo, dimanche dernier à San Siro. Le Diavolo fait encore pâle figure lorsqu'Andrea Bertolacci, préservé après une grosse frayeur lors du trophée Luigi Berlusconi, effectue son entrée en jeu à une vingtaine de minutes du terme de la rencontre. Pourtant en supériorité numérique depuis la 30e minute et la double peine - penalty concédé + expulsion - très sévèrement infligée à Consigli, les Rossoneri ont concédé l'égalisation à leur bête noire Domenico Berardi (déjà 8 buts en carrière face au Milan). Surtout, les hommes de Siniša Mihajlović affichent une nouvelle fois toutes leurs limites dans l'animation offensive et peinent inexorablement à se créer des occasions. L'entrée en jeu de l'ancien joueur du Genoa, couplé à un passage en 4-4-2 dix minutes plus tôt, change toutefois la donne. Miracle : le Diavolo se met enfin à produire du jeu. Il y a du mouvement, les passes réussies s'enchaînent, et la pression finit par s'accentuer sur le but de Sassuolo. Qui finit par craquer sur un énième coup de pied arrêté, conclu de la tête par Luiz Adriano. Dans la douleur, l'essentiel est assuré pour le Milan. Avec une victoire très précieuse et vingt très bonnes dernières minutes sur lesquelles capitaliser. L'optimisme est de mise.

Progrès individuels et collectifs


Évidemment, une fin de match réussie contre une équipe de Sassuolo réduite à dix est très, très, très loin de suffire pour guérir le Milan de tous ses maux. Un coup d'œil au classement, où le Diavolo ne pointe qu'à une modeste 10e place, en atteste. Toutefois, les Rossoneri commencent bien à afficher quelques progrès. Pour commencer, le bloc équipe (défensif) des Lombards donne enfin des gages de confiance à Siniša Mihajlović. Il serait temps, puisque le Milan est la deuxième moins bonne défense de Serie A avec 15 buts encaissés en 9 matchs et aucune clean sheet. Lors des deux derniers matchs, face au Torino et à Sassuolo, le Milan n'a toutefois concédé que très peu d'occasions. L'arrière-garde rossonera prend ainsi doucement ses marques, dans le sillage d'un Romagnoli qui a sans doute réalisé sa meilleure prestation avec le Milan, face à Sassuolo. D'une manière générale, les vingt dernières minutes face aux Neroverdi démontrent surtout un potentiel bel et bien présent chez les Rossoneri. Sans s'attarder sur les 80 millions d'euros investis cet été, difficile de nier que…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant