Milan et Sassuolo, l'amour du terroir

le
0
Milan et Sassuolo, l'amour du terroir
Milan et Sassuolo, l'amour du terroir

Dans une Serie A où les écuries du haut de tableau se plient de plus en plus à la logique d'un football mondialisé et globalisé, Milan et Sassuolo font de la résistance, en alignant une majorité de joueurs italiens. Un choix qui mêle idéologie et pragmatismes sportif et financier.

Sept contre un. Le 25 septembre dernier, le Milan aligne pas moins de sept joueurs italiens dans son onze type pour tenir en échec la Fiorentina, qui ne titularise qu'un seul joueur national, en la personne de Federico Bernardeschi. En ce week-end de Serie A, la Juve et le Napoli débutent pour leur part avec quatre joueurs italiens sur la pelouse, l'Inter trois. Au Milan, la volonté de donner une possibilité aux talents venus de la Botte de s'exprimer serait le fruit d'une politique sportive mûrement réfléchie, axée sur la valorisation des talents nationaux, si l'on en croit Silvio Berlusconi, qui déclarait en février dernier à la télévision italienne : " J'espère que notre cycle de victoires pourra reprendre bientôt. Nous reconstruisons un cycle avec des joueurs italiens surtout, mon rêve est de voir un Milan au drapeau tricolore... Je voudrais une équipe avec seulement des Italiens et nous sommes sur la bonne voie. Ça me fait mal de voir les grands joueurs de notre football jouer avec beaucoup d'étrangers, le niveau de la Nazionale s'en ressent aussi..."

Sassuolo, la méthode Squinzi


Berlusconi n'est cependant pas le seul à s'inscrire à contre-courant d'un championnat qui, avec 56% de joueurs étrangers, s'internationalise progressivement. Ce dimanche, les Rossoneri affrontent en effet Sassuolo, dont le propriétaire, Giorgio Squinzi, revendique également de favoriser le recrutement et la responsabilisation de joueurs italiens : "Nous voulons limiter le nombre de joueurs étrangers pour jouer un football plus proche de l'image de notre pays... Nous voulons symboliser un modèle de réussite à l'italienne, intégré au territoire, qui inclut de nombreux joueurs italiens."

De fait, Sassuolo commence régulièrement ses matchs avec neuf à dix joueurs italiens. Une volonté qui ne date pas d'hier. Pour sa première saison dans l'élite du football national en 2013-2014, les Noir et Vert misaient sur un effectif de vingt-huit joueurs dont vingt étaient italiens. Le club d'Émilie-Romagne frôle la descente en Serie B, mais persiste dans sa politique sportive. Douzième en 2014-2015, sixième la saison dernière, Sassuolo pointe actuellement à la neuvième place de la Serie A avec vingt-trois joueurs nationalité italienne dans son effectif. Le club n'hésite pas à vendre certains de ses joueurs à la valeur marchande…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant