Milan Bisevac, un retour salvateur ?

le
0
Milan Bisevac, un retour salvateur ?
Milan Bisevac, un retour salvateur ?

Son absence ne s'est jamais autant fait sentir. Touché à un mollet depuis le match nul contre Rennes (0-0) à Gerland le 15 septembre dernier, Milan Bisevac est sur le retour. Le défenseur serbe a repris l'entraînement et devrait pouvoir profiter de la trêve internationale pour être complètement remis de ses pépins physiques. On pourrait même le voir contre Bordeaux le 20 octobre prochain. Et c'est une bénédiction pour le défenseur de 30 ans qui a beaucoup manqué à la défense de l'OL. Homme de base du dispositif de Rémi Garde et titulaire lors des cinq premières journées de Ligue 1, l'ancien Parisien a laissé un vide au centre de la défense des Gones. C'est bien simple, depuis qu'il est sur le flanc, Lyon n'a remporté qu'un succès, face à Nantes (3-1) lors de la 6eme journée, pour trois nuls et deux défaites, dont une dernière cinglante à Montpellier (5-1). Celle de trop qui a déclenché une mini-crise au sein du club de Jean-Michel Aulas. Il faut dire que Rémi Garde a dû passer d'entraîneur à bricoleur pour tenter de présenter une défense qui tient la route.

Une défense décimée

Restreint dans ses choix face à l'hécatombe qui a touché le secteur défensif de l'OL, le coach des Gones voit le retour de son expérimenté défenseur comme un vrai bol d'air. Une éclaircie après le nouveau pépin rencontré par Samuel Umtiti lors du match de Ligue Europa face au Vitoria Guimaraes. Après le début de saison prometteur du Serbe, buteur notamment contre les Grasshopper Zurich et très bon en amical face au Real Madrid, Rémi Garde avait qualifié son joueur de « leader ». Un qualificatif qui manque aujourd'hui au sein de l'effectif lyonnais, miné par des résultats très décevants et une attitude pas forcément exemplaire sur et en dehors des terrains. Dernier accroc en date : le geste maladroit de Samuel Umtiti. Le défenseur de l'OL s'était fait livrer une Maserati toute neuve devant le siège de l'OL au lendemain de la défaite à Ajaccio (2-1). Une conduite qui n'avait pas du tout plu à Maxime Gonalons, le capitaine des Gones.

Le retour d'un guerrier

Pour l'heure, Rémi Garde a d'autres chats à fouetter que les petites tracasseries du quotidien. L'entraîneur de l'OL a un groupe à remobiliser et une défense à stabiliser. Et surtout un président qui attend une réaction d'orgueil. Et bien évidemment obtenir des résultats enfin à la hauteur des espoirs placés dans le club. A son arrivée à Lyon en provenance du PSG, Milan Bisevac avait assuré qu'il s'agissait d'un « bon challenge ». Il avait alors déjà conscience du travail à fournir. « La base pour gagner, c'est la défense, avait-il martelé. L'équipe championne, c'est l'équipe qui a la meilleure défense donc il faut progresser parce que 51 buts encaissés en championnat, c'est trop. » Un an et demi plus tard, l'OL ne va pas mieux et n'a clairement aucune chance de concurrencer le PSG, Monaco ou même l'OM. Pire, l'équipe semble redevenir quelconque. Bien loin de celle des années 2000 qui avait régné sur le championnat de France. Milan Bisevac ne va pas révolutionner le jeu de l'OL, c'est une certitude. Mais le guerrier qu'il est pourrait redonner un peu d'assurance et de hargne à ses coéquipiers. Et ce n'est déjà pas si mal...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant