Milan : Berlusconi accomplit sa peine auprès de malades d'Alzheimer

le
1
Milan : Berlusconi accomplit sa peine auprès de malades d'Alzheimer
Milan : Berlusconi accomplit sa peine auprès de malades d'Alzheimer

Une centaine de journalistes accrédités, des agents de police pour surveiller l'entrée... L'Institut Sacra Famiglia de Cesano Boscone, près de Milan (Italie), a accueilli Silvio Berlusconi, ce vendredi, pour ses premières heures de travaux d'intérêt général auprès de malades d'Alzheimer. Sa voiture l'a déposé à l'entrée d'un bâtiment, à l'intérieur de l'Institut. Il en est descendu rapidement sans proférer un mot. Un syndicaliste déguisé en clown, qui avait réussi à entrer malgré d'importantes mesures de sécurité, l'a contesté aux cris de «Berlusconi en prison».

L'ancien chef de gouvernement doit effectuer les quatre premières heures de sa peine symbolique. Il a été condamné à un an de prison (quatre ans, dont trois amnistiés) le 1er août 2013 dans le procès Mediaset pour fraude fiscale. Cette condamnation lui a aussi valu une exclusion du Sénat, une interdiction de vote et son inéligibilité.

«J'ai en réserve une grande surprise»

Pour échapper à la prison, l'ancien président du Conseil va donc s'occuper de personnes déficientes mentalement, une situation difficile à gérer pour cet homme de 77 ans très attaché à son image. D'autres mesures contraignantes ont été prises à son encontre, comme l'interdiction de quitter la région de Milan, sauf pour se rendre à Rome du mardi matin au jeudi soir. Les adversaires de l'ex-Cavaliere sont convaincus qu'il utilisera ses passages à l'Institut Sacra Famiglia à des fins électorales avant les européennes, où sa formation Forza Italia tentera de se maintenir au-dessus des 20%.

Mercredi, Berlusconi a assuré qu'il n'avait pas l'intention de se laisser filmer à l'intérieur du centre. Mais il a aussi tenu à ménager ses effets. «Je pense que j'y resterai plus longtemps que prévu. J'ai en réserve une grande surprise. Il m'a suffi de 10 jours pour tout comprendre du système de soins, a-t-il déclaré. Je suis certain que je saurai aider ceux qui en ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 9 mai 2014 à 10:26

    Entre séniles le courant devrait passer. Tiens au fait une éventualité pour ce pauvre Hollandouille une fois condamné pour haute trahison nationale, mensonges et incompétence notoire.