Milan a obtenu ce qu'il était venu chercher

le
0

Bien en place, les Rossoneri ramènent un bon nul de leur déplacement à Florence, mais une victoire était également dans leurs cordes. La Fiorentina, elle, peut regretter le péno manqué par Ilicic. Score nul, vierge et logique à l'Artemio Franchi.

ACF Fiorentina 0-0 AC Milan


Bonaventura sort alors qu'il vient tout juste de prendre Borja Valero de vitesse, Jack semble pourtant en avoir encore sous la pédale, mais Montella en décide autrement et le remplace par Antonelli à la 78ème minute. Ce dernier, latéral gauche, va occuper une position inédite pour lui une dizaine de mètres plus haut. Ce changement pourrait suffire à illustrer la métamorphose du nouveau coach du Milan. Réputé pour sa philosophie très offensive et ce milieu révolutionnaire sans aucun râtisseur lorsqu'il officiait justement à la Fiorentina, l'Aeroplanino a décidé de la jouer prudente, conscient des limites de l'effectif à sa disposition. Une attitude qui lui a permis de mettre au point sa défense (troisième match sans prendre de but), la base pour être plus ambitieux dans le jeu un peu plus tard. La Fiorentina n'a donc pas trouvé la faille et cela donne un 0-0 pas foufou.

Ilicic prend le poteau


Montella aligne le même (très jeune) onze que face à la Lazio, du jamais vu pour les Rossoneri depuis février dernier. C'est peut-être même une équipe-type définitive hormis l'éternel ballottage chez les latéraux. Le jeu penche clairement à gauche avec le duo Bonaventura-Niang et les erreurs de De Sciglio. Compliqué de ressortir le ballon devant le pressing de forcenés des hommes de Paulo Sousa également plus à l'aise dans la circulation du ballon. Bernardeschi allume la première mèche mais c'est trop enlevé tandis que Gonzalez Rodriguez prend sa biscotte après seulement 180 secondes. L'homme le plus en vue se nomme Josip Ilicic, capable, comme d'habitude, du meilleur comme du pire. Côté droit, il pénètre, tire et, l'une de ses actions personnelles est à l'origine d'un penalty.

Nous sommes à la 23ème, le centre du Slovène est mal repris par Kalinic, le ballon revient alors sur Borja Valero à quelques mètres de la cage, la main de Calabria sur son épaule ne peut passer inaperçue. Erreur de jeunesse et pénalty, alors que deux situations limites entre Paletta et Kalinic auraient pu déjà déboucher sur la plus sévère des sanctions. Ilicic s'élance, bim, poteau ! Dix minutes plus tard, la Madjer loupée de Bacca à la conclusion d'une action…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant