Miklós Fehér, étoile filante

le
0
Miklós Fehér, étoile filante
Miklós Fehér, étoile filante

La Hongrie l'imaginait en néo-Puskás des années 2000. Prêt à ramener des Magyars bas de plafond dans le Who's Who du football mondial. S'il a accumulé les déceptions avec le Nemzeti 11, Miklós Fehér s'est en revanche bâti une stature au Portugal entre Porto, Braga, Salgueiros et le Benfica après trois saisons de chauffe à Győr. Jusqu'à ce qu'un infarctus le tue non loin d'un rond central en janvier 2004.

D'ordinaire, les gars de Trollfoci.hu sortent le sniper quand ils jactent sur le foot hongrois. Collectionnant les perles d'István B. Hajdú (le Christian Jeanpierre danubien) ou taclant la cupidité de l'attaquant Krisztián Németh désertant Kansas City et la MLS pour les pétrodollars qataris d'Al-Gharafa. Mais le 25 janvier dernier, les Kleenex remplaçaient les scuds en souvenir d'un dénommé Miklós Fehér. Logique : "Miki" décédait subitement sur le gazon il y a douze piges, précédé d'un semestre par Foé. Ce dimanche de 2004, le Benfica de Camacho menait 1-0 à Guimarães grâce à un but heureux de Fernando Aguiar dans le money time. Réalisation héritée d'une reprise dévissée du gauche de Fehér. Ce dimanche-là, il pleuvait des hallebardes et "Miki" était d'humeur particulièrement malicieuse. Souriant même à l'arbitre à la suite d'une biscotte justifiée pour retard de jeu éhonté en toute fin de rencontre. Fehér recoiffa illico sa crinière, se pencha comme si une crampe le paralysait, vacilla et s'effondra raide.

Musée à son nom


Malgré la rapidité des secours et plusieurs massages cardiaques, Fehér fut déclaré mort à l'hosto, fauché au bord du quart de siècle alors qu'il s'était immiscé en Primeira Liga à Porto et Braga et ne comptait absolument pas pour du beurre chez les A magyars (25 sélections, sept goals de 1998 à 2004). Orphelins de leur pote, les joueurs du Benfica, époque Simão et Zlatko Zahovič, assistèrent aux funérailles à Győr, là où "Miki" a débuté. Le club, lui, supprima définitivement son numéro 29 fétiche. Les ex-coéquipiers du défunt se sont de nouveau pointés en Hongrie auréolés de leur titre de 2005 et coach Trapattoni, passé un an en coup de vent chez les Aguias, était du voyage. Le président Luis Felipe Vieira avait promis une médaille de "campeão" à "Miki" dès que ses soldats décrocheraient la timbale. Ils ont remis la breloque en mains propres aux parents avec une copie du trophée Superliga en prime. Découvrant par la même occasion le musée-souvenir Fehér retraçant son destin fou à l'issue tragique.

"J'ai eu l'honneur de le connaître en détail et c'est toujours horrible d'en parler pour moi comme ça aujourd'hui car on a grandi ensemble, pose son ancien camarade de l'ETO Péter Stark d'une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant