Mike Pence, le choix raisonnable de Donald Trump

le
0
Le vice-président Mike Pence et sa femme saluent la foule à leur arrivée à New York, le 9 novembre après l'annonce de la victoire des républicains à la présidence américaine ( AFP / JIM WATSON )
Le vice-président Mike Pence et sa femme saluent la foule à leur arrivée à New York, le 9 novembre après l'annonce de la victoire des républicains à la présidence américaine ( AFP / JIM WATSON )

Au ton sans détour et souvent polémique de Donald Trump, le très conservateur Mike Pence oppose une façade plus lisse et des talents de communicant.

Et lorsqu'ils pousseront les portes de la Maison Blanche, son vice-président apportera surtout au milliardaire novice en politique une précieuse expérience des coulisses de Washington.

Sourire discret, chevelure blanche soigneusement coiffée, Mike Pence se décrit comme un "chrétien, un conservateur et un républicain... dans cet ordre".

"L'Amérique a élu son nouveau président, et il est difficile d'exprimer l'honneur que je ressens (...) d'avoir le privilège de servir comme vice-président", a-t-il déclaré quelques instants après l'annonce de la victoire de Donald Trump.

Gouverneur depuis 2013 de l'Indiana, Etat du nord des Etats-Unis, il s'y était illustré comme un héraut des valeurs familiales traditionnelles, anti-avortement, anti-mariage pour tous, et récemment hostile à l'installation de réfugiés syriens dans son Etat.

"Le choix le plus extrême de cette génération", avait immédiatement dénoncé Hillary Clinton à l'annonce du colistier de Donald Trump dans la course à la Maison Blanche, en juillet 2016, affirmant que l'homme "divisait profondément".

Depuis, Mike Pence, 57 ans, est resté fidèle à sa courtoisie coutumière, se tenant dans l'ombre de la personnalité tonitruante de Donald Trump et n'hésitant pas à botter en touche pour éviter de défendre les positions les plus controversées du milliardaire.

Avocat de formation, ancien animateur de radio, il connaît bien les arcanes de Washington et y est apprécié des républicains après avoir été membre de la Chambre des représentants de 2001 à 2013 et président de la conférence républicaine (numéro 3 du parti) de 2009 à 2011.

Le speaker de la Chambre Paul Ryan, qui n'avait apporté son soutien à Donald Trump qu'après des atermoiements publics, a décrit Mike Pence comme un "très bon ami".

- Atout conservateur -

Grâce à ces bonnes relations, il pourrait désormais aider à panser les profondes plaies du parti, divisé après le choc de la candidature, puis de la victoire de Donald Trump.

Mike Pence et Donald Trump n'étaient au départ pas particulièrement proches.

Mike Pence et Donald Trump, sur scène devant leur supporteurs à New York, le 9 novembre 2016 après l
Mike Pence et Donald Trump, sur scène devant leur supporteurs à New York, le 9 novembre 2016 après l'annonce de leur victoire à la présidence et vice-présidence des Etats-Unis ( AFP / JIM WATSON )

Le gouverneur avait d'abord soutenu le conservateur Ted Cruz, l'un des plus sérieux opposants du milliardaire dans la campagne des primaires républicaines. Et il a parfois rejeté avec conviction les vues de Donald Trump, dénonçant notamment comme "insultante et inconstitutionnelle" son idée d'interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, pour lutter contre le terrorisme.

Mais Mike Pence était apparemment le favori des enfants Trump, très influents dans la campagne de leur père, face aux fortes personnalités plus imprévisibles du gouverneur du New Jersey Chris Christie et de l'ancien speaker de la Chambre des représentants Newt Gingrich.

Le milliardaire était allé le rencontrer plusieurs fois juste avant de le choisir comme colistier, ses enfants et son gendre se fendant aussi d'un voyage dans l'Indiana pour le voir.

En tant que gouverneur, Mike Pence a signé des lois rendant plus difficile l'avortement dans l'Indiana. Et il avait été très critiqué pour avoir défendu en 2015 une loi sur la "liberté religieuse", vue par ses détracteurs comme une façon de discriminer la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres).

Des positions qui ont pu aider Donald Trump auprès des conservateurs traditionnels et notamment les évangéliques, au départ réticents face à la personnalité de l'imprévisible milliardaire.

Mike Pence a également pu jouer un rôle dans les victoires de Donald Trump dans la "Rust Belt", région industrielle du nord-est en déclin, dont font partis l'Indiana et surtout l'Ohio voisin, une prise décisive sur la route du milliardaire vers la Maison Blanche.

"Merci à l'Indiana d'avoir fait de notre Etat le premier à voter afin de Rendre à l'Amérique sa grandeur!", s'était réjoui Mike Pence après l'annonce des premiers résultats de la soirée électorat, en citant le désormais célèbre slogan de campagne du prochain président des Etats-Unis.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant