Mihajlovic, d'un Lazio/Milan à un autre

le
0
Mihajlovic, d'un Lazio/Milan à un autre
Mihajlovic, d'un Lazio/Milan à un autre

Ce soir, Siniša Mihajlović affronte la Lazio, son ancienne équipe, et sa bête noire depuis qu'il est devenu coach. Mais surtout, Lazio/Milan, c'est une affiche que l'ancien tireur de coups francs connaît bien.

Comme à son habitude, Siniša Mihajlović pose le ballon religieusement au sol. L'angle est difficile, mais pas pour lui. Un regard vers le gardien. Une frappe du gauche exceptionnelle. Une lucarne. Un stadio Olimpico qui explose. On joue la 29e minute de ce huitième de finale de Coupe d'Italie entre la Lazio et le Milan AC, et Mihajlović, arrivé à Rome pendant l'été, vient d'inscrire là son premier coup franc devant ses nouveaux supporters. En six ans, il en marquera 16 autres, dont certains restés ancrés dans la mémoire de tous les tifosi laziali : le triplé sur coup franc face à la Sampdoria, la bombe face à la Fiorentina, le premier but de l'histoire de la Lazio en C1 face à Leverkusen, ou encore cette perle décisive sur la pelouse de Chelsea. Mais ce 29 octobre 1998, c'est Sebastiano Rossi et le Milan AC qui doivent s'incliner. Or, cette saison-là, il s'agira de la seule joie du défenseur serbe face aux Rossoneri.

Bombardements et remontées


Un mois plus tard, les deux équipes se retrouvent en Serie A, à San Siro. 0-0 jusqu'à la 92e minute de jeu, lorsque Mihajlović oublie Leonardo au point de penalty, et que l'ex-Parisien fusille Marchegiani pour le seul but du match. Un but qui vaudra son pesant d'or à la fin de la saison. Car après cette défaite face aux Milanais, la Lazio ne perd plus. Elle enchaîne les victoires, Mihajlović les coups francs, et les Biancocelesti se retrouvent rapidement en tête du classement. Quand les deux équipes se retrouvent au match retour, le 3 avril 1999, au stadio Olimpico, la Lazio est leader avec 7 points d'avance sur le Milan AC, deuxième. Et vu la dynamique des joueurs d'Eriksson, invaincus depuis le match aller (16 matchs, donc), on pense qu'ils ne vont faire qu'une bouchée de joueurs milanais venus à Rome en victimes.

Mais pour un joueur, le contexte de ce match est particulier. Siniša Mihajlović. En effet, quelques jours plus tôt, des bombardements de l'OTAN ont eu lieu à Belgrade,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant