Migrants : un réseau de passeurs somaliens démantelé en Sicile

le
0
Migrants : un réseau de passeurs somaliens démantelé en Sicile
Migrants : un réseau de passeurs somaliens démantelé en Sicile

La police italienne a annoncé mercredi l'arrestation de treize Somaliens soupçonnés d'avoir participé à un réseau de passeurs qui extorquaient leurs concitoyens à peine débarqués sur les côtes de la péninsule, avant de les aider à poursuivre leur périple vers l'Europe du Nord.

Une enquête ouverte en octobre à Catane, dans l'est de la Sicile (Italie), a permis de démanteler « une organisation criminelle » qui allait chercher dans les centres d'accueil de la région les Somaliens tout juste arrivés après avoir été secourus en mer.

Les victimes séquestrées

Comme c'est déjà le cas sur d'autres étapes le long de leur périple, et en particulier dans des conditions extrêmes en Libye, les migrants étaient séquestrés dans des appartements de Catane jusqu'à ce que des proches à l'étranger paient pour leur libération et la poursuite de leur voyage vers la destination souhaitée, en Italie ou en Europe.

Au cours de l'enquête, les policiers sont intervenus plusieurs fois pour libérer des Somaliens ainsi retenus, dont des mineurs, a précisé la police dans un communiqué.

Selon le dernier bilan du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) de l'ONU, les Somaliens représentent 9% des plus de 31 000 migrants débarqués en Italie cette année. Comme les Erythréens et les Soudanais, ils déposent rarement une demande d'asile en Italie et cherchent quasiment tous à gagner l'Europe du Nord.

VIDEO. Au secours des migrants au large de la Sicile

« 3 à 6 milliards d'euros engrangés en 2015 par les passeurs »

La lutte contre les réseaux de passeurs est devenue une des priorités d'Europol, l'office européen de coordination policière. Entre 3 et 6 milliards d'euros : c'est la somme qu'ont engrangée les filières de passeurs en 2015 grâce au trafic de personnes fuyant leur pays, a révélé Europol, à la fin février. « Ce chiffre d'affaires va doubler ou tripler si le niveau de l'actuelle crise migratoire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant