Migrants-Sigmar Gabriel menace de sanctionner les pays non solidaires

le
1

BERLIN, 18 septembre (Reuters) - Les pays qui ne partagent pas les valeurs européennes d'empathie et de solidarité ne doivent pas compter sur l'argent des Vingt-Huit, déclare le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel dans une interview au quotidien Bild publiée vendredi. Alors que l'Allemagne accueille des milliers de réfugiés, d'autres pays "installent des barbelés à leurs frontières et ferment leurs portes", regrette le vice-chancelier par allusion à la Hongrie, qui a fermé sa frontière sud aux migrants. "L'Europe est une communauté de valeurs fondée sur l'empathie et la solidarité. Et ceux qui ne partagent pas nos valeurs ne peuvent pas compter sur notre argent au fil du temps", avertit Sigmar Gabriel. "Si cela continue comme ça, l'Europe sera en danger, plus qu'elle ne l'était lors de la crise financière ou de la crise grecque." Sigmar Gabriel a déjà brandi plusieurs fois la menace de sanctions face au refus des pays d'Europe centrale et orientale de l'Union européenne d'accueillir des réfugiés sur la base de quotas de répartition contraignants. Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière a également estimé mardi dernier que l'UE devait réfléchir à des mesures de rétorsion financière pour faire pression sur les pays membres réticents. Mais la chancelière Angela Merkel a recadré son ministre en déclarant que "les menaces n'étaient pas une bonne manière de parvenir à un accord". (Noah Barkin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paulritz le vendredi 18 sept 2015 à 09:44

    c est cela le chantage...?