Migrants : Sarkozy pour «des centres de rétention» en Afrique du Nord ou en Serbie

le , mis à jour à 20:17
1
Migrants : Sarkozy pour «des centres de rétention» en Afrique du Nord ou en Serbie
Migrants : Sarkozy pour «des centres de rétention» en Afrique du Nord ou en Serbie

Nicolas Sarkozy a profité de l'université d'été du parti à la Baule pour préciser sa position sur la question des migrants. 

A l'instar de François Fillon et d'Alain Juppé invités à discourir samedi après-midi, Nicolas Sarkozy a souligné la différence entre «migrants économiques et réfugiés politiques». S'il a expliqué que le «statut de réfugié politique fait partie de l'identité nationale», il s'est emporté contre «la fraude à l'asile politique».

Pour la prévenir, il propose de traiter la question en amont avec la création de centres de rétention administratifs dans les pays de départs ou dans ceux qui sont traversés par les migrants.«Il faut mettre en place des centres de rétention en Afrique du Nord, en Serbie ou en Bulgarie. Cela permettrait d'accorder ou non le statut de réfugié politique aux migrants avant qu'ils ne traversent la Méditerranée.» Une proposition qui reste encore floue mais qu'il résume avec cette formule : «Je souhaite qu'on soit généreux avec les Syriens et ferme avec les émigrés économiques.» 

VIDEO. Migrants : Sarkozy a «honte de la brutalité» de Marine Le Pen

«Refonte de l'espace Schengen»

Les racines du problème découlent, pour lui, du manque de cohésion européen. Nicolas Sarkozy  «appelle à une refonte totale de l'espace Schengen, à condition que les autres pays adoptent la même politique migratoire que la notre». Il en profite pour rappeler au passage qu'il avait été le premier a réclamer en 2012, une intervention pour stopper la guerre civile en Syrie, «pour éviter le renforcement des islamistes face à Bachar el-Assad.»« Voilà où conduit l'absence de leadership! », s'est-il indigné. 

Il a ensuite longuement critiqué «la brutalité» de Marine Le Pen et du Front National, au moment ou le parti se réunit à Marseille. «J'ai eu honte pour Madame Le Pen de cette inhumanité, de cette absence totale d'émotion. Il s'agit d'être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M363422 le dimanche 6 sept 2015 à 14:01

    Il est toujours aussi "hypocrite" cet Ex...Critiquer «la brutalité» de Marine Le Pen et du Front National, " serait à son honneur si, dans le même discours il n'affichait sans scrupules sa façon de courir derrière. Ce qui n'a rien de nouveau hélas. Quant à sa proposition de centres de rétention....de quelle ignorance des faits cela témoigne.