Migrants renvoyés de Grèce : 200 sont arrivés en Turquie

le
0
Migrants renvoyés de Grèce : 200 sont arrivés en Turquie
Migrants renvoyés de Grèce : 200 sont arrivés en Turquie

Il s'agit de la première vague de renvois. Trois bateaux turcs avec 202 migrants à leur bord ont quitté ce lundi matin les îles grecques de Lesbos et Chios, dans le cadre de l'accord controversé entre l'Union européenne et la Turquie. Des renvois qui se sont déroulés dans le calme.

Peu après 6 heures, un petit ferry, Lesvos, et un catamaran plus imposant, Nezli Jale, ont embarqué un total de 131 personnes, majoritairement originaires du Pakistan et du Bangladesh, selon une porte-parole de Frontex, l'agence de surveillance des frontières extérieures de l'UE. Vers 8h30, le premier bateau était arrivé en Turquie. A Chios, quelques dizaines d'activistes et de sympathisants ont organisé une manifestation près du bateau, aux cris de «Liberté».

#Lesbos Helena, hollandaise :"Shame on EU" 40 personnes ont manifesté ce matin contre les départs vers la Turquie. pic.twitter.com/zqTHBtT4zd— Baptiste Mathon (@BaptisteMathon) 4 avril 2016

Les expulsés, presque tous des hommes, surtout jeunes, étaient entrés irrégulièrement en Grèce en surmontant la périlleuse traversée de la mer Egée en canot pneumatique, qui a coûté la vie à 366 personnes depuis le 1er janvier. C'est en effet principalement par les îles égéennes que 850 000 personnes sont passées en Europe en 2015 sur un total de plus d'un million, fuyant guerres et misère, et encore 150 000 cette année.

Les migrants et l'Europe en 5 questions

Pour un Syrien renvoyé, un autre admis

Il s'agit de la première vague de renvois de migrants vers la Turquie, acceptée par celle-ci dans le cadre d'un plan signé avec l'UE le 18 mars, et qui concerne tous les migrants entrés illégalement en Grèce depuis le 20 mars, soit environ 6000.

Le plan prévoit que pour chaque Syrien renvoyé, un autre sera admis en UE, dans le cadre d'un plan limité à 72 000 places. De premiers Syriens étaient attendus ce lundi, notamment en Allemagne. Toujours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant