Migrants : Obama et les Européens favorables à une mission maritime Otan/UE en Libye

le
0
Migrants : Obama et les Européens favorables à une mission maritime Otan/UE en Libye
Migrants : Obama et les Européens favorables à une mission maritime Otan/UE en Libye

L'Otan pourrait lancer dans trois mois ses premières patrouilles maritimes au large de la Libye pour tenter de réduire le flux de migrants arrivant en Italie. Quelque cinq cents personnes ont trouvé la mort récemment après avoir embarqué à Tobrouk (Libye). L'Alliance atlantique devrait approuver ce plan lors de son sommet de Varsovie le 7 juillet, avait révélé Roberta Pinotti la ministre italienne de la Défense. Une hypothèse qui semble se confirmer après la réunion lundi au sommet des dirigeants américain, allemand, britannique, italien et français lundi à Hanovre, dans le nord de l'Allemagne. 

«Les dirigeants ont (...) appelé l'Otan et l'UE à tirer parti de leur expérience en mer Égée pour voir comment maîtriser de façon ordonnée et humaine les flux de migrants en Méditerranée centrale», a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué diffusé après la rencontre entre les présidents américain et français, Barack Obama et François Hollande, les chefs de gouvernement britannique et italien, David Cameron et Matteo Renzi, et la chancelière allemande Angela Merkel.

Merkel préfèrerait un commandement européen

Berlin soutient le principe d'une mission navale de l'Otan pour combattre le trafic d'armes, mais aussi de personnes, mais préférerait que cette force soit sous commandement européen. «Nous avons une mission navale européenne, l'EUNAVFOR, aussi appelée Sophia, qui est tout à fait efficace», contre les passeurs au large des côtes libyennes, a souligné Angela Merkel, où les discussions entre les cinq dirigeants occidentaux ont abordé la crise migratoire, l'instabilité et l'infiltration islamiste en Libye, d'où quelque 350.000 personnes sont parties en mer pour rejoindre l'Italie depuis début 2014.

En retour, les Libyens bénéficieraient d'une aide financière pour créer, chez eux, des centre d'accueil et de réinsertion. Une stratégie vivement critiquée par des organisations de défense des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant