Migrants : Merkel et Hollande réclament une réponse «unifiée» de l'UE

le , mis à jour à 21:35
1
Migrants : Merkel et Hollande réclament une réponse «unifiée» de l'UE
Migrants : Merkel et Hollande réclament une réponse «unifiée» de l'UE

Avant une réunion sur l'Ukraine avec son président Petro Porochenko, François Hollande et Angela Merkel ont réclamé lundi à Berlin une réponse «unifiée» de l'Europe face à la crise des migrants. «Nous devons mettre en œuvre un système unifié de droit d'asile», a lancé le chef de l'Etat français aux côtés de la chancelière allemande, soulignant qu'il s'agissait d'une «situation exceptionnelle qui (allait) durer». De son côté, Angela Merkel a souligné que si l'Union européenne a, «de manière globale, un même droit d'asile», tous les pays européens doivent le mettre en application «le plus rapidement possible».

Les centres d'enregistrement, une priorité

L'Allemagne s'est déjà fortement investie dans l'accueil de réfugiés, s'attendant à en accueillir 800 000 cette année, «un défi» comme l'avait annoncé jeudi le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière. Ce lundi, la chancelière a souhaité que «la mise en place des centres d'enregistrement dans les pays de première entrée, donc la Grèce et l'Italie» ait lieu dès «cette année».

Aucun de ces centres destinés à différencier les migrants relevant du droit d'asile des autres n'a vu le jour depuis que leur création a été décidée fin juin. «Nous ne pouvons tolérer un (tel) retard», a-t-elle insisté, alors que plus de 100 000 migrants ont rejoint l'Europe durant le seul mois de juillet. Ce week-end, en une seule nuit, 7 000 personnes ont franchi la frontière entre la Macédoine et la Serbie. 

Soulignant que la France et l'Allemagne étaient «solidaires», le chef de l'Etat français a également souhaité une «répartition équitable des réfugiés qui relèvent du droit d'asile» en Europe et «un raccompagnement dans la dignité des personnes entrées de manière illégale». «Nous devons également mettre en œuvre un système unifié de droit d'asile» ainsi qu'une «politique migratoire commune avec des règles communes», a-t-il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 le mardi 25 aout 2015 à 07:52

    Bon censure c est vraiment pénible