Migrants: les réseaux sociaux, compagnons des Syriens dans leur voyage vers l'Europe

le
0
Migrants: les réseaux sociaux, compagnons des Syriens dans leur voyage vers l'Europe
Migrants: les réseaux sociaux, compagnons des Syriens dans leur voyage vers l'Europe

Quand Wael et sa famille, des Syriens, ont pris le bateau pneumatique pour la traversée nocturne entre la Turquie et l'île grecque de Kos, ils ont tout abandonné- sauf leur smartphone. "Nos téléphones et nos chargeurs sont nos biens les plus précieux dans ce voyage, plus même que la nourriture", soutient Wael, 32 ans, originaire de Homs, qui avait enveloppé le sien dans un sac plastique "pour le protéger de l'eau".Les réfugiés utilisent ainsi des groupes Facebook où les membres partagent des photos de leur périple, mais aussi numéros de téléphone de passeurs, conseils sur les trajets à suivre et estimation des dépenses nécessaires.L'application WhatsApp les aide à contacter les gardes-côtes pour se faire récupérer quand leur embarcation arrive dans les eaux territoriales grecques, alors que Viber leur permet de prévenir leur famille qu'ils sont bien arrivés.Wael, qui a fui avec sa femme et douze autres membres de sa famille -- dont trois enfants -- fait partie des près de 180.000 migrants arrivés en Grèce depuis le début de l'année, la quasi-totalité par la mer, une des plus grandes crises migratoires depuis la Seconde Guerre mondiale. A Kos, il n'est pas rare de voir des Syriens se prendre en photo avec leur smartphone sur la plage ou prendre des cafés dans des bars où ils peuvent surfer sur le net."Nous avons pris des photos de chaque étape de notre voyage pour les envoyer à nos familles", note le cousin de Wael, Raed, 30 ans. Pour lui, les réseaux sociaux sont vitaux pour les réfugiés qui n'ont pas de moyen légal de rejoindre l'Europe. "Sur Facebook, les Syriens s'entraident en se donnant des conseils les uns aux autres", souligne Raed, qui a laissé en Syrie sa femme et sa fille de six mois, malade.Il espère pouvoir rejoindre l'Allemagne où il demandera le regroupement familial. "Il y a des conversations entières pour savoir quel pays est le plus adapté à chacun. Par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant