Migrants-Le Tchad plaide pour un dialogue UE-Sahel

le
0
    BERLIN, 12 octobre (Reuters) - Au lieu de privilégier des 
accords bilatéraux avec le Mali ou le Niger, l'Union européenne 
devrait chercher des solutions plus larges avec l'ensemble des 
pays du Sahel pour freiner les départs de migrants vers 
l'Europe, a estimé le président tchadien Idriss Déby mercredi 
lors d'un déplacement à Berlin. 
    Le chef de l'Etat tchadien, qui s'exprimait à l'issue d'un 
entretien avec la chancelière Angela Merkel, a souligné 
l'importance de traiter ces questions via le G5 Sahel, une 
organisation de sécurité régionale qui regroupe le Tchad, le 
Niger, le Burkina Faso, le Mali et la Mauritanie. 
    Angela Merkel vient d'achever une tournée de trois jours en 
Afrique qui l'a conduite au Mali, au Niger et en Ethiopie. Elle 
a souligné qu'elle voulait faire de l'Afrique une priorité de la 
présidence allemande du G20 l'an prochain.   
    Idriss Déby, qui préside actuellement l'Union africaine, a 
observé qu'en cas d'accord avec le Niger pour freiner le passage 
de migrants, ces derniers pourraient prendre la route du Tchad 
ou d'autres pays. 
    "Le seul moyen de résoudre cette question est d'impliquer 
les pays en première ligne du G5, pas des accords pays par 
pays", a déclaré Idriss Déby, premier président tchadien à se 
rendre en Allemagne. "C'est la seule possibilité pour ralentir 
le flot de migrants." 
    Angela Merkel a annoncé de son côté le déblocage d'une aide 
de 8,9 millions d'euros au Tchad, soulignant que le pays 
hébergeait plus de 700.000 réfugiés en provenance des pays 
voisins. 
 
 (Andrea Shalal; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant