Migrants : le pape en visite ce samedi en Grèce sur l'île de Lesbos

le
0
Migrants : le pape en visite ce samedi en Grèce sur l'île de Lesbos
Migrants : le pape en visite ce samedi en Grèce sur l'île de Lesbos

Samir n'arrive pas à fumer sa cigarette. Chaque fois qu'il l'approche de sa bouche, son fils de 18 mois, pelotonné contre lui, la lui arrache. « Avant, je ne fumais pas. J'ai commencé ici, à cause du stress. » Depuis son départ d'Afghanistan en février, la route a été longue pour ce père de famille de 28 ans. Des souvenirs douloureux, il pourrait en raconter des dizaines, en commençant par son frère, amputé d'un pied à cause de la neige en Turquie. Ou ses amis qu'il a vus disparaître en mer Egée... Mais c'est depuis son arrivée dans le camp d'Eleonas, pourtant proche du centre-ville d'Athènes, qu'il se sent le plus perdu.

« Mon avenir est en suspens, je suis coincé ! Pendant des semaines, j'ai risqué ma vie et celle de ma famille, tout ça parce que j'avais l'espoir d'arriver en Allemagne ou en Angleterre. Maintenant, c'est impossible de quitter la Grèce. » Samir ne peut pas aller plus loin, comme une bonne partie des 52 000 migrants présents sur le sol grec. Et pour cause, l'Union européenne a décidé de verrouiller la route des Balkans, principale voie d'accès à l'Europe de l'Ouest. En contrepartie, et pour soulager la Grèce, elle devrait accueillir des quotas de réfugiés, 160 000 d'ici deux ans, mais le système peine à décoller. La France, par exemple, a reçu le contingent le plus important, soit... 242 personnes. Conséquence : la Grèce est en passe de devenir une terre d'accueil. Samir, qui ne fait pas partie des migrants « prioritaires » (Syriens et Irakiens), sait que le camp d'Eleonas est son horizon pour des mois. Il enrage : « Personne ne peut nous dire ce qui nous attend. Il n'y a rien pour nous à Athènes, les Grecs sont déjà tous au chômage. Je suis médecin, mais je ne trouverai jamais de travail : les hôpitaux n'ont plus aucun budget. »

«J'ai peur qu'on nous oublie ici, qu'on devienne invisibles...»

Frappé par des plans d'austérité depuis sept ans, le pays ne peut fournir les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant