Migrants-Le bilan du naufrage au large de la Crète s'alourdit

le
0
 (Actualisé avec les chiffres de l'OIM et du HCR) 
    GENEVE, 7 juin (Reuters) - Le bilan du naufrage d'un bateau 
transportant plusieurs centaines de migrants et réfugiés la 
semaine dernière au large de la Crète s'est alourdi à 320 morts, 
selon une nouvelle estimation fournie mardi par l'Organisation 
internationale pour les migrations (OIM). 
    Au total, selon les autorités grecques, 340 personnes ont 
été sauvées en mer lors d'une opération menée vendredi matin à 
75 milles nautiques au sud de la côte crétoise, et une dizaine 
de corps ont été repêchés.   
    Dans un premier temps, les témoignages de rescapés 
recueillis par la Grèce faisaient état d'un nombre total de 350 
passagers environ. Mais d'après les récits recueillis par l'OIM 
auprès de survivants qui ont été conduits vers le port italien 
d'Augusta, 650 personnes environ avaient pris place à bord du 
bateau, a dit Joel Millman, porte-parole de l'OIM, lors d'un 
point de presse.  
    "Nous redoutons désormais que quelque 320 migrants et 
réfugiés restent portés disparus", note l'organisation dans un 
communiqué. 
    Selon l'OIM, environ 206.000 migrants et réfugiés ont 
franchi la Méditerranée depuis le début de l'année mais 2.809 
sont morts noyés en tentant la traversée, contre 1.838 durant la 
même période de 2015.  
    "Nous sommes à près de 1.000 morts de plus sur les cinq 
premiers mois de l'année et l'année dernière était déjà la plus 
meurtrière jamais enregistrée", a souligné Joel Millman. 
    Cette année, la majeure partie des migrants décédés étaient 
partis des côtes nord-africaines, principalement de Libye mais 
aussi d'Egypte, a-t-il dit, alors que 376 décès ont été 
comptabilisés en mer Egée, entre la Turquie et la Grèce. 
    "Nous avons désormais enregistré 10.000 morts depuis le 
début 2014, quand ce phénomène de hausse des migrations par la 
Méditerranée a commencé. Ce seuil a été franchi ces derniers 
jours, ce qui est extrêmement perturbant", a déclaré le 
porte-parole de l'Agence des nations unies pour les réfugiés 
(HCR) Adrian Edwards.  
 
 (Stephanie Nebehay, avec Tom Miles; Henri-Pierre André et 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant