Migrants : la Turquie met l'Europe en garde contre tout «marchandage»

le , mis à jour à 14:35
0
Migrants : la Turquie met l'Europe en garde contre tout «marchandage»
Migrants : la Turquie met l'Europe en garde contre tout «marchandage»

Ce vendredi matin, l'Union européenne doit présenter à la Turquie une «position commune» fixée dans la nuit, avant de sceller un accord sur les migrants. Les Européens n'ont réussi à trouver un consensus sur un projet, et vont donc plutôt soumettre à Ankara un texte édictant des «lignes rouges» à ne pas franchir dans les concessions à la Turquie. Le président du Conseil européen Donald Tusk doit rencontrer le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu à Bruxelles, en présence notamment de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. Si cette rencontre se passe bien, tous les pays pourraient se retrouver autour d'une même table.

A son arrivée à Bruxelles, Ahmet Davutoglu a averti les dirigeants européens que la question des réfugiés n'était «pas un marchandage» pour son pays. «C'est une question de valeurs humanitaires, ainsi que de valeurs européennes», a déclaré le Premier ministre turc. «L'Union européenne et la Turquie ont le même objectif: aider les régugiés syriens (...) Aujourd'hui nous allons continuer nos consultations avec les dirigeants européens et je suis sûr que nous allons atteindre notre objectif d'aider les réfugiés, ainsi que d'approfondir nos relations», a-t-il ajouté.

François Hollande, qui est très prudent sur l'issue des négociations, a eu un entretien avec Ahmet Davutoglu, vendredi en début d'après-midi.

Le Conseil européen se poursuit par une réunion du président @fhollande et du Premier ministre @Ahmet_Davutoglu pic.twitter.com/QmPBeXWhK9— Élysée (@Elysee) March 18, 2016

Les discussions s'annoncent difficiles. La chancelière allemande Angela Merkel a redit elle combien cet accord avec la Turquie serait «une bonne opportunité pour mettre fin au trafic des humains». Il y a dix jours, les Européens avaient convenu de se revoir pour finaliser cet accord et entre-temps les compensations envisagées pour la Turquie ont été réduites. 

Selon le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant