Migrants : la tension monte à Grande-Synthe après une "ratonnade"

le
4
Selon les associations humanitaires qui y interviennent, les migrants ne seraient plus que 1 500 à Grande-Synthe. Un chiffre sous-estimé, selon d'autres sources. 
Selon les associations humanitaires qui y interviennent, les migrants ne seraient plus que 1 500 à Grande-Synthe. Un chiffre sous-estimé, selon d'autres sources. 

Cinq jours après la manifestation interdite de groupuscules identitaires à Calais, sept individus âgés de 24 à 44 ans ont été interpellés ce jeudi 11 février, à 1 heure du matin, à Loon-Plage (Nord) par la police judiciaire de Lille. Les forces de l'ordre ont procédé à ces arrestations en « flagrant délit » après que ce gang eut agressé des Kurdes irakiens qui attendaient sur un terrain vague avant d'embarquer dans un camion à destination de la Grande-Bretagne.

« Les victimes ont été frappées à l'arme blanche et à l'aide de barres de fer », déclare Éric Fouard, procureur de Dunkerque, au Point.fr. Les suspects seraient originaires de Calais. Ils étaient à bord de deux voitures lorsque la police les a interceptés, porteurs de cagoules et armés. Depuis l'été, plusieurs attaques du même type ont été recensées à proximité de Dunkerque, ou de Calais, le plus souvent de nuit.

Dans ce camp de migrants, dont les effectifs ont décru selon la mairie de Grande-Synthe, un coup de feu a par ailleurs été tiré la nuit dernière. « Et une personne, blessée par balle, a été hospitalisée. Ses jours ne sont pas en danger », indique le procureur de Dunkerque, qui insiste sur le fait que ces affaires sont « déconnectées ».

Depuis deux ans, c'est la cinquième fois que des tirs sont entendus à Grande-Synthe. Et la deuxième fois qu'ils font des victimes dans ce camp. Il y a trois...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan il y a 11 mois

    les principaux responsables sont nos gouvernants qui ont laissés la situation pourrir

  • 2445joye il y a 11 mois

    Ces excès ont pour seule cause l'incroyable incurie de nos dirigeants qui ont accepté en 2003 que la frontière britannique soit établie sur le sol français et qui, au vu des conséquences, n'ont toujours pas renégocié ce deal.

  • mary2776 il y a 11 mois

    ON A qu a t ous les virer ces migrants ras le bol de cette situation et les hommes politiques laissent pourrir la situation depuis de nombreux moisa qui çà profite ?

  • M363422 il y a 11 mois

    Il faut lire " "Ces faits ne sont pas nouveau, ils avaient déjà eu lieu l'été dernier et en septembre, mais là, cela se produit de manière plus régulière", et surtout " seraient notamment l'oeuvre de "milices cagoulées et surarmées". Certainement pas des bénévoles des organisations humanitaires. Mais très certainement de...." on est chez nous".