Migrants : l'ONU dénonce les restrictions imposées dans les Balkans

le
0
Migrants : l'ONU dénonce les restrictions imposées dans les Balkans
Migrants : l'ONU dénonce les restrictions imposées dans les Balkans

Face à une crise migratoire sans précédent depuis la Deuxième Guerre, «il faudra partager la responsabilité au niveau mondial», a estimé vendredi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Il a annoncé un sommet sur cette question le 19 septembre à New York, dénonçant les quotas de migrants mis en place dans les Balkans. Il note que le nombre de demandeurs d'asile entrant en Grèce depuis la Turquie continue de s'accroître «et que les fermetures de frontières créent une situation difficile en Grèce», où une crise humanitaire n'est pas à exclure.

Slovénie, Croatie et Serbie limitent le nombre de migrants. Après avoir renforcé le filtrage aux frontières allant de la Macédoine à l'Autriche, les pays de la «voie des Balkans» ont annoncé vendredi un nouveau volet de leur plan de contingentement des migrants : limiter à 580 le nombre quotidien d'hommes, de femmes et d'enfants transitant vers l'Europe du nord. Ce plafond sera désormais mis en œuvre en Slovénie, Croatie et Serbie.

L'Autriche, voisine de la Slovénie, verrait ainsi automatiquement chuter le nombre de demandeurs d'asile à ses frontières, alors que Vienne mène la dissidence des pays membres de l'UE partisans d'une réduction drastique et immédiate du flux de migrants. Vendredi, la Grèce a refusé de recevoir la ministre autrichienne de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, qui souhaitait venir «expliquer la position autrichienne en détail et directement» à ses homologues grecs.

VIDEO Migrants : Vienne critique le «manque de volonté» de l'UE

Des quotas illégaux. Ban Ki-moon a souligné que ces mesures prises l'Autriche et les Balkans «ne sont pas en conformité» avec la Convention de l'ONU de 1951 sur les réfugiés. Cette convention, explique-t-il dans un communiqué, impose de déterminer individuellement le statut de réfugié et les besoins de protection de chaque migrant, ce qui n'est pas possible avec les mesures prises par ces pays. Une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant