Migrants : l'Italie passe à l'action pour limiter les arrivées

le
2
Migrants : l'Italie passe à l'action pour limiter les arrivées
Migrants : l'Italie passe à l'action pour limiter les arrivées

L'Italie a saisi mercredi le bateau d'une ONG allemande, engagée dans le sauvetage de migrants en Méditerranée, une première dans un pays qui s'efforce désormais de limiter coûte que coûte les arrivées de ceux fuyant la guerre ou la misère via la Libye. Sur plus de 111.000 migrants arrivés en Europe par la mer depuis le début de l'année, 95.000 ont accosté en Italie, selon l'Organisation internationale pour les migrants.

 

Dans le cadre d'une enquête démarrée en octobre 2016, le procureur de Trapani en Sicile, qui a ordonné la saisie «préventive» du «Iuventa», soupçonne l'équipage de ce bateau affrété par l'ONG allemande Jugend Rettet, d'avoir adopté «des comportements favorisant l'immigration illégale», des allégations que Titus Molkebur, le porte-parole de l'organisation allemande, a niées, selon «Die Zeit». Le navire a été bloqué mercredi à Lampedusa, une île au sud de la Sicile.

 

Le procureur Ambrogio Cartosio a expliqué que «des membres d'équipage du "Iuventa" sont soupçonnés d'avoir pris à bord, au moins à deux reprises, des migrants escortés par des trafiquants libyens et dont les vies n'étaient pas en danger». L'enquête laisse penser que la pratique était «fréquente», mais pour des motifs purement «humanitaires».

 

Un patrouilleur italien pour la première fois dans les eaux libyennes

 

Le même jour, le Parlement italien a donné son feu vert à l'envoi de navires militaires en Libye et un premier bateau, un patrouilleur, a fait son entrée dans l'après-midi dans les eaux territoriales libyennes. L'Italie n'a aucune intention de faire «un blocus naval», ce qui serait «un acte hostile», a affirmé le gouvernement italien, insistant sur une «demande de soutien et d'aide aux garde-côtes libyens», dans la lutte contre les trafiquants d'êtres humains.

 

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch estime néanmoins que le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 il y a un mois

    laissons les jouir d'une promenade en mer très coûteuse pour tous et surtout pour eux ! Les politiques sonr en collusion avec les M afias, cela ne fait guère de doute !

  • nayara10 il y a un mois

    On commence a comprendre que certaines ONG font du trafic aussi...Les Italiens auraient pu s'en rendre compte bien avant eux qui sont si malins....