Migrants : l'Allemagne a besoin de main-d'œuvre

le , mis à jour à 14:31
85
Migrants : l'Allemagne a besoin de main-d'œuvre
Migrants : l'Allemagne a besoin de main-d'œuvre

Un bénéfice économique à long terme. Si l'accueil massif de migrants en Allemagne a un coût estimé à 10 milliards d'euros à court terme, sur la durée, l'arrivée de nouvelles forces vives pourrait permettre au pays de résorber le problème de main-d'œuvre qui le menace à cause du rapide vieillissement de sa population.

La première économie européenne attend 800 000 nouveaux arrivants cette année, d'autant que l'Allemagne a décidé de ne plus renvoyer les Syriens dans le premier pays de l'Union européenne où ils ont posé le pied. Les milieux économiques militent pour permettre un accès rapide de ces migrants au marché du travail. «Si nous arrivons à les intégrer rapidement dans le marché du travail, nous aiderons les réfugiés, et nous aiderons nous-mêmes», a affirmé il y a quelques jours le président de la puissante fédération des industries allemandes BDI, Ulrich Grillo.

En l'état, l'Allemagne aura besoin de 4 millions de travailleurs en 2040

Avec un chômage au plus bas depuis la Réunification (6,4%) et une pyramide des âges comportant de plus en plus de personnes âgées, il manque 140 000 ingénieurs, programmateurs et techniciens, selon la fédération des employeurs BDA, et l'artisanat, les métiers de la santé, l'hôtellerie cherchent avidement du personnel. 40 000 places d'apprentissage pourraient rester vacantes cette année. L'institut Prognos table sur une pénurie de 1,8 million de personnes en 2020, tous secteurs confondus, et de 3,9 millions à l'horizon 2040 si rien ne bouge.

L'afflux de migrants pourrait changer la donne, justement, et ce d'autant que beaucoup d'entre eux sont jeunes, et qu'ils ont «de vraiment bonnes qualifications», selon Ulrich Grillo. Outre des initiatives locales, le président de la fédération des employeurs réclame de plus vastes efforts. Le gouvernement pourrait par exemple assouplir les règles d'accès à l'emploi. Les entreprises voudraient ainsi avoir la garantie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le lundi 7 sept 2015 à 14:53

    L'Allemagne a compris l'aubaine d'attirer ces Syriens qualifiés qui ne seraient jamais venu sinon.

  • ttini le lundi 7 sept 2015 à 13:24

    comme ça, avec des salaires à 3 chiffres, les bonus et les retraites chapeau seront encore plus élevées pour les patrons allemands.

  • M467862 le lundi 7 sept 2015 à 12:59

    Les turcs approvisionnent le marché du travail avec une main d'oeuvre docile et qualifiée. Le Turc a une qualité de vie supérieure et pour l'Allemagne, l'économie non négligeable de la formation scolaire et supérieure d'une partie de sa population.

  • gnapi le lundi 7 sept 2015 à 12:47

    C'est du cynisme qui se drape d'humanisme. On encourage la traite humaine et les pertes par centaines, on enrichi les milieux te rror istes et on se produit une main d'œuvre corvéable à merci. Le tout contre l'avis des population qui peinent déjà à trouver du travail. Et l'aval des pseudo élites des pays en question. C'est ça l'UE de 2015 ?

  • ttini le lundi 7 sept 2015 à 11:59

    ils vont en avoir des vigiles dans leurs supermarchés !

  • M7093115 le lundi 7 sept 2015 à 11:43

    ( suite )laisser entrer des millions de musulmans: chaos garanti à moyen terme....

  • ZvR le lundi 7 sept 2015 à 11:41

    Le but des classes dirigeantes est de remplacer les populations européennes par des migrants et d'éffacer les différentes cultures nationales pour consolider leur prise du pouvoir. L'islamisation des sociétés s'inscrit dans ce cadre.

  • ZvR le lundi 7 sept 2015 à 11:37

    Toujours la même rengaine démagogique sur le "manque de main d'oeuvre" en europe alors que les chômeurs se comptent déjà par dizaines de millions.

  • M1945416 le lundi 7 sept 2015 à 08:41

    fortunos, oui les allemands seront récompensé , leur peuple d'origine va disparaitre …

  • M7097610 le lundi 7 sept 2015 à 07:02

    si la main d'oeuvre manque, les salaires devraient augmenter ? C'est cela le libéralisme ? Or on est toujours sur des métiers à 3 ou 5 euros de l'heure en concurrence frontale avec nos ouvriers. Il n'y a donc aucune pénurie de main d'oeuvre : pure manipulation grotesque car les gains de productivité existent.