Migrants-Gabriel accuse Merkel d'avoir renoncé à sa politique d'ouverture

le
0
    BERLIN, 14 mai (Reuters) - Sigmar Gabriel, vice-chancelier 
allemand et président du Parti social-démocrate (SPD), accuse la 
chancelière Angela Merkel d'avoir effectué un virage à 180 
degrés sur la question des réfugiés, dans une interview à 
l'hebdomadaire Der Spiegel.  
    Le ministre de l'Economie estime que la dirigeante 
conservatrice a eu raison, en septembre dernier, d'ouvrir les 
frontières de l'Allemagne à des milliers de réfugiés, répondant 
ainsi à une urgence humanitaire.  
    "Je ne vais pas non plus glorifier sa politique à l'égard 
des réfugiés parce qu'entre-temps, elle a complètement changé", 
ajoute-t-il cependant.  
    "Désormais, maintenant que l'Autriche, la Hongrie et la 
Slovénie ont fermé la route des Balkans, elle dit: 'Nous ne 
prenons pas de réfugiés en provenance d'Idomeni (un camp de 
réfugiés grec, à la frontière macédonienne), parce que les gens 
peuvent y être hébergés'. Si je peux me permettre, c'est un 
virage à 180 degrés", estime Sigmar Gabriel.  
    L'Allemagne a accueilli un million de migrants et réfugiés 
en 2015. Face à cet afflux, Angela Merkel a été accusée par ses 
propres alliés bavarois de la CSU (Union chrétienne-sociale) et 
par le parti anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD) 
d'avoir une politique trop généreuse à l'égard des réfugiés. 
     
 
 (Michelle Martin; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant