Migrants-En Turquie, Merkel essaiera d'apaiser les tensions

le
0
    ANKARA/BERLIN, 22 avril (Reuters) - La chancelière allemande 
Angela Merkel est attendue samedi en Turquie où elle tentera 
d'apaiser les tensions nées de l'accord conclu il y a trois 
semaines entre l'Union européenne et Ankara pour restreindre le 
flot de migrants arrivant en Europe via la Grèce. 
    L'accord a dans un premier temps fortement ralenti le nombre 
d'arrivées en Grèce, mais les bateaux arrivent à nouveau, avec 
environ 150 personnes par jour, a annoncé l'Organisation 
internationale pour les migrations (OIM).   
    Angela Merkel, qui sera accompagnée du président du Conseil 
européen Donald Tusk, doit se rendre à Gaziantep à la frontière 
syrienne où elle visitera un camp de refugiés et rencontrera son 
homologue turc, Ahmet Davutoglu. 
    Selon un sondage ZDF publié vendredi, 80% des Allemands 
disent s'interroger sur la fiabilité de la Turquie dans la crise 
migratoire. 
    Les relations entre Ankara et Berlin sont également 
assombries par l'affaire de l'humoriste allemand Jan Böhmermann 
Jan Böhmermann qui a tourné en dérision le président turc Recep 
Tayyip Erdogan à la télévision en disant un poème satirique 
suggérant qu'Erdogan se livrait à des actes de perversion 
sexuelle. 
    La Turquie a officiellement demandé à Berlin de poursuivre 
l'humoriste en justice. 
    La décision d'Angela Merkel de laisser l'enquête judiciaire 
suivre son cours a suscité l'incompréhension dans une grande 
partie de la population allemande. 
    Selon le sondage publié par ZDF, la chaîne sur laquelle 
l'humoriste a récité son poème, plus de trois Allemands sur cinq 
disent désapprouver la décision de la chancelière d'accéder aux 
exigences de la Turquie dans l'affaire du comédien. 
    Ses détracteurs font valoir qu'Angela Merkel a partiellement 
contribué au problème en disant à Ahmet Davutoglu lors d'un 
entretien par téléphone le 4 avril que le poème était 
délibérément offensant. 
    "C'était rétrospectivement une erreur", a déclaré Angela 
Merkel lors d'une conférence de presse vendredi. 
    VOIR AUSSI :  
    Tusk prévient la Turquie que l'UE ne négocie pas sur ses 
valeurs  {nL5N17P4WI  
 
 (Tulay Karadeniz et Noah Barkin, avec Orhan Coksun à Ankara et 
Jan Strupczewski à Bruxelles Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant