Migrants en Méditerranée : une vaste opération militaire de l'UE en juin

le , mis à jour à 00:58
3
Migrants en Méditerranée : une vaste opération militaire de l'UE en juin
Migrants en Méditerranée : une vaste opération militaire de l'UE en juin

L'opération militaire de l'Union Européenne, EU Navfor Med, a été décidée lundi à Bruxelles par les 28 ministres des Affaires étrangères, après une réunion avec leurs homologues de la Défense. Il s'agit de «lutter contre les filières qui mènent des migrants à la mort», a expliqué le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Harlem Désir.

«La décision établissant une opération navale de l'UE afin de casser le business model des réseaux de passeurs et trafiquants en Méditerranée vient d'être prise», a indiqué  la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini sur son compte Twitter.  Mais ce plan n'est pas du goût des autorités reconnues de Libye (le pays ayant un autre gouvernement mené par l'opposition non reconnu par la communauté internationale).

Le gouvernement libyen dit nonDéfendant sa souveraineté, le gouvernement libyen reconnu a rejeté, lundi, toute opération militaire contre l'immigration clandestine sur ses eaux. «Toute action militaire doit se dérouler avec la coopération des autorités libyennes, a déclaré à l'AFP par téléphone le porte-parole du gouvernement, Hatem el-Ouraybi. L'option militaire n'est pas humaine lorsqu'il s'agit de faire face aux embarcations se trouvant dans ou hors des eaux libyennes». En clair, le gouvernement libyen «officiel», qui est loin de contrôler tout le pays,  tient à être associé à toute initiative européenne.

Decision just taken to establish the EU naval operation to disrupt the business model of smugglers and traffickers networks in Mediterranean— Federica Mogherini (@FedericaMog) 18 Mai 2015

Un mois après un naufrage tragique qui a sonné la mobilisation en Europe, cette mission sans précédent doit entraîner le déploiement de bâtiments de guerre et d'avions de surveillance des armées européennes au large de la Libye, devenue la principale plate-forme du trafic. Elle requiert un accord des Nations unies et ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KENTOF le mardi 19 mai 2015 à 00:20

    comme d'hab ils ne feront rien, à suivre

  • M7166371 le lundi 18 mai 2015 à 21:41

    incapables de contrôler la situation ces pseudo-autorités d'opérette n'ont qu'à obtempérer !

  • M8252219 le lundi 18 mai 2015 à 18:11

    Pour faire mieux L'union européenne devrait dire dans quels ports à quelle heure et avec quelS moyens ils vont intervenir. NUL