Migrants en Hongrie : des barbelés peu dissuasifs, Budapest a prévu de durcir la loi

le , mis à jour à 19:50
1
Migrants en Hongrie : des barbelés peu dissuasifs, Budapest a prévu de durcir la loi
Migrants en Hongrie : des barbelés peu dissuasifs, Budapest a prévu de durcir la loi

Jugée scandaleuse par la France, la barrière de barbelés, qui a fini d'être installée samedi sur les 175 km qui séparent  la Hongrie de la Serbie, ne décourage pas les migrants. Plus de 3000 personnes ont rejoint l'Union européenne et l'espace Schengen via cette frontière samedi. Dimanche l'afflux continuait. Mais le gouvernement hongrois entend légiférer en septembre afin de sanctionner l'entrée dans le pays des clandestins. Par ailleurs, un cinquième suspect, dans l'affaire du camion où 71 personnes avaient trouvé la mort, a été interpellé en Hongrie. Il est de nationalité bulgare, comme trois autres personnes arrêtées et emprisonnées.

Dimanche, rares étaient les migrants à entrer en Hongrie en se faufilant sous la clôture de barbelés, sur laquelle on pouvait voir de nombreux lambeaux de vêtements.La grande majorité empruntait la voie de chemin de fer où aucune barrière n'a été érigée, et où les trains ne passent qu'à très faible allure.

Mais  «nous ne craignons ni la police hongroise, ni la clôture», expliquait samedi  une Syrienne âgée de 29 ans, après avoir franchi les barbelés entre la Serbie et la Hongrie. «Ce n'est rien, comparé à ce que nous avons traversé en Syrie, dit-elle. Notre pays a été détruit, nous avons connu quotidiennement les bombes, les assassinats, le sang et les morts». Les autorités hongroises ont installé pour les migrants des tentes, des toilettes mobiles et des bacs à ordures. A leur arrivée, ils sont emmenés dans un camp d'enregistrement pour réfugiés. Mais la Hongrie entend s'armer d'un dispositif législatif plus répressif.

UE : réunion des ministres de l'Intérieur le 14 septembre

Les ministres de l'Intérieur des pays de l'Union européenne vont tenir une réunion d'urgence le 14 septembre à Bruxelles face à l'aggravation de la crise migratoire. «Dans le but d'évaluer la situation sur le terrain, les actions politiques en cours et de discuter de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 30 aout 2015 à 19:25

    barbouillez les épines des barbelés du sida