Migrants du sud-est asiatique : des charniers découverts en Malaisie

le , mis à jour à 14:14
0
Migrants du sud-est asiatique : des charniers découverts en Malaisie
Migrants du sud-est asiatique : des charniers découverts en Malaisie

La Malaisie a annoncé dimanche la découverte de fosses communes qui renfermeraient les dépouilles de migrants du Bangladesh et de Birmanie. Le ministre malaisien de l'Intérieur, Zahid Hamidi, cité par site internet du journal The Star, a expliqué que ces charniers avaient été mis au jour près de camps mis en place par les passeurs, à proximité de la frontière avec la Thaïlande. «Mais nous ne savons pas combien il y en a. Nous allons probablement retrouver d'autres corps», a dit le ministre.

Selon le journal malaisien Utusan, qui cite une source non identifiée, une trentaine de fosses communes renfermant «des centaines de squelettes» ont été découvertes. Le Star, citant aussi des sources non identifiées, parle de charniers contenant les corps de «près de 100 migrants Rohingyas».

D'après la presse malaisienne, les derniers charniers ont été découverts près de Padang Besar et Wang Kelian, localités situées le long de la frontière avec la Thaïlande, dans l'Etat malaisien de Perlis. La police s'est refusée à commenter ces informations dans l'attente d'une conférence de presse prévue lundi. Le ministre de l'Intérieur s'est dit «choqué» que de tels charniers aient pu être découverts en Malaisie. Jusqu'à présent, les autorités malaisiennes avaient démenti que des camps de migrants ou des fosses communes puissent exister sur son sol.

2000 migrants toujours en perdition en mer

Début mai, c'est la police thaïlandaise qui avait découvert des camps de transit de migrants dissimulés dans la jungle du sud de la Thaïlande ainsi que des fosses communes contenant des restes humains. Il s'agissait vraisemblablement de migrants bangladais et de Rohingyas, minorité musulmane persécutée vivant essentiellement en Birmanie. Après cette découverte, la Thaïlande avait décidé de sévir contre les passeurs, et les filières d'immigration de ces candidats à l'exil, dont la destination finale est bien souvent la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant