Migrants-Deux autres ONG refusent d'intervenir dans les camps grecs

le
0
    LESBOS, 23 mars (Reuters) - L'International Rescue Committee 
(IRC) et le Conseil norvégien des réfugiés ont annoncé qu'ils 
n'interviendraient pas dans les "hot spots" grecs qu'ils 
assimilent à des centres de détention pour protester contre 
l'accord conclu entre l'Union et la Turquie. 
    Depuis dimanche, des centaines de migrants et de réfugiés 
ont été internés afin d'accélérer leur enregistrement et de 
hâter leurs demandes d'asile. Ceux qui ne rempliront pas les 
critères prévus seront renvoyés en Turquie. 
    Pour les ONG, coopérer avec les autorités grecques 
reviendrait à se rendre complice d'une méthode "injuste et 
inhumaine". 
    Mardi, le HCR et Médecins sans frontières avaient déjà 
annoncé qu'ils ne participeraient pas au transport de migrants 
et de réfugiés vers les "hot spots" avant d'être rejoints 
mercredi par l'IRC et le Conseil norvégien des réfugiés. 
  
    "L'IRC a informé lundi la garde-côtes grecque qu'il ne 
transporterait pas les personnes les plus vulnérables du monde 
vers un lieu où leur liberté de mouvement sera entravée", a 
déclaré une porte-parole de l'IRC. 
    Quant au Conseil norvégien des réfugiés, il a annoncé 
mercredi la suspension de la plupart de ses activités dans le 
"hot spot" situé sur l'île grecque de Chiros. 
    Les autorités grecques s'efforcent de leur côté de 
convaincre les ONG de les aider. "Nous avons besoin des 
organisations internationales, notamment du HCR qui nous apporte 
une grande aide. Bien sûr, nous souhaitons qu'il reste, sous 
certaines conditions, évidemment", a dit le ministre de la 
Protection citoyenne, Nikos Toskas, sur une radio grecque.     
 
 (Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant