Migrants d'Asie : 139 fosses et 28 camps de détention découverts en Malaisie

le , mis à jour à 18:43
0
Migrants d'Asie : 139 fosses et 28 camps de détention découverts en Malaisie
Migrants d'Asie : 139 fosses et 28 camps de détention découverts en Malaisie

Affamés et entassés dans de fragiles embarcations, les migrants qui fuient la misère du Bangladesh et de la Birmanie avaient déjà bien assez de peine pour survivre dans les flots de la mer d'Andaman. Mais la découverte, sur terre, de véritables charniers humains ce week-end laisse augurer de bien pires souffrances pour ces milliers d'exilés qui tentent de rejoindre l'Indonésie ou la Thaïlande.

Ce lundi, le chef de la police malaisienne a détaillé l'ampleur de l'infamie : ce sont 139 fosses communes qui ont été trouvées ces derniers jours dans une région reculée de Malaisie, ainsi que 28 camps de détention servant au trafic d'êtres humains.

VIDEO. Migrants : des camps et des fosses communes découverts en Malaisie

Des autopsie en cours

C'est la première fois, depuis le début de la crise des migrants dans cette région, que la Malaisie annonce une telle découverte sur son territoire. Alors que la semaine dernière, le pays était en discussion avec l'Indonésie et la Thaïlande pour trouver des solutions à la gestion de cet afflux, la révélation de ces tombes ravive les tensions.

Selon le chef de la police nationale, Khalid Abu Bakar, les camps découverts avaient une capacité suffisante pour renfermer des centaines de personnes. Le plus grand d'entre eux était susceptible d'abriter jusqu'à 300 migrants, un autre avait une capacité d'une centaine de personnes tandis que les autres sites pouvait enfermer une vingtaine de migrants. Les autorités malaisiennes sont en train de déterrer les corps et de mener des autopsies.

Des découvertes un peu tardives...

Début mai, l'existence de tels charniers avait déjà été révélée dans le sud de la Thaïlande. Les autorités avaient alors décidé de sévir contre la traite d'êtres humains et les filières s'en sont trouvé désorganisées. Des milliers de migrants ont alors été abandonnés en mer par les passeurs. C'est la multiplication de tous ces navires à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant