Migrants à Paris : évacuation d'un camp à La Chapelle

le , mis à jour à 10:34
0
Migrants à Paris : évacuation d'un camp à La Chapelle
Migrants à Paris : évacuation d'un camp à La Chapelle

Nouvelle évacuation d'un camp de migrants ce jeudi matin à Paris. Environ 400 personnes ont quitté le boulevard de la Chapelle, où elles étaient installées sous la partie aérienne de la ligne 2 du métro. 

 

«Au total, 378 personnes ont été prises en charge», affirme la préfecture de région, à l'issue de cette opération qui s'est déroulée dans le calme et selon un scénario bien rodé. Les migrants, dont beaucoup de Soudanais et quelques Afghans, doivent être conduits dans une trentaine de centres d'hébergement à Paris et en Ile-de-France. Ils ont commencé à monter dans des bus un peu après 7 heures. Un peu moins d'une dizaine de femmes ont également été prises en charge lors de cette opération menée par la préfecture de région, la préfecture de police, la ville de Paris et des associations comme Emmaüs et France Terre d'asile. La circulation a été coupée le temps de l'intervention.

 

 

 

24e évacuation depuis juin 2015

 

Les autorités voulaient éviter la répétition de précédents scénarios où les campements avaient connu une croissance exponentielle en quelques semaines avant d'être évacués. «La volonté, c'était d'agir le plus vite possible avant que le campement ne devienne trop important», a indiqué Patrick Vieillescazes, chef de cabinet du préfet de région. «L'enjeu était de trouver les hébergements. Et, là, on les avait.» Mercredi, environ 80 tentes abritant 160 personnes ont été recensées sur ce campement situé entre les stations de métro Stalingrad et La Chapelle, dans le 18e arrondissement. Mais comme souvent lors de telles opérations, le nombre de personnes finalement prises en charge s'est avéré plus élevé. 

 

Cette évacuation est la 24e organisée à Paris depuis juin 2015, selon le décompte de la préfecture de région. La première, le 2 juin 2015, concernait déjà un campement situé sous le métro aérien à La Chapelle, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant