Migrants à Calais : Sarkozy remettrait en cause les accords du Touquet

le , mis à jour à 23:35
0
Migrants à Calais : Sarkozy remettrait en cause les accords du Touquet
Migrants à Calais : Sarkozy remettrait en cause les accords du Touquet

Après Xavier Bertrand président LR des Hauts de France et son rival à la primaire de la droite Alain Juppé, l'ancien président Nicolas Sarkozy s'est prononcé samedi au Touquet (Pas-de-Calais) pour une remise en cause des accords qu'il avait lui-même signés dans cette ville en 2003 et qui placent à Calais la frontière franco-britannique, entravant ainsi l'immigration clandestine vers la Grande-Bretagne.

 

«Sur les migrants de Calais» sur la situation desquels la maire LR de la ville Natacha Bouchart venait une nouvelle fois d'alerter quelques instants auparavant, «tous ceux qui y sont demandant le statut de réfugié politique et qui n'y ont pas le droit doivent être reconduits dans leur pays tout de suite», a affirmé Nicolas.Sarkozy, acclamé par plus d'un millier de personnes pendant le Campus des Jeunes Républicains (2.000 selon les organisateurs).

 

Il avait lui même signé les accords

 

Concernant «tous ceux qui sont ici à Calais et qui veulent passer en Angleterre, que les Anglais instruisent en Angleterre le dossier de ces candidats, ce n'est pas en France que nous devons le faire», a poursuivi l'ancien président remettant ainsi en cause les accords du Touquet de 2003, et rejoignant sur ce point son principal rival pour la primaire, Alain Juppé.

 

«Je demande l'ouverture d'un centre de traitement des demandes d'asile pour tous ceux qui sont à Calais en Angleterre, de manière à ce que les Anglais fassent le travail qui les concerne (...). Ils organiseront des charters pour renvoyer chez eux les gens dont ils ne veulent pas», a-t-il continué.  «Il est parfaitement normal que nous tenions nos frontières, a ajouté l'ancien chef de l'Etat qui ne serait "pas choqué que des policiers français tiennent la frontière française à l'entrée du tunnel".

 

Conclus en février 2003 entre Londres et Paris, avec Nicolas Sarkozy à la signature en tant que ministre de l'Intérieur à l'époque, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant