Migliore : "Spezia vise la Serie A à court terme"

le
0
Migliore : "Spezia vise la Serie A à court terme"
Migliore : "Spezia vise la Serie A à court terme"

Les deux sensations de la Coupe d'Italie s'affrontent en quarts de finale ce soir. D'un côté, l'Alessandria Club de D3, de l'autre Spezia, pensionnaire de Serie B et tombeur de la Roma au tour précédent avec un arrière gauche franco-italien dans ses rangs.

On la fait en français ou en italien ? (rires) Comme tu veux, c'est toi qui choisis !

Va pour le français, parle-nous de ton rapport avec les deux pays. Je suis né en Italie de parents italiens, précisément à Arezzo, mais à l'âge de trois ans, on a déménagé à Nice à cause du boulot de mon père qui est représentant dans le prêt-à-porter. Lui est Napolitain et ma mère est de Toscane. J'ai eu une éducation italienne, mais j'ai grandi dans un contexte français.

En revanche, ton éducation footballistique est 100% française. Je l'ai faite dans le deuxième club niçois, le Cavigal, qui évolue à un très haut niveau chez les jeunes. À l'âge de 14 ans, lors d'un match contre l'OL, j'ai été repéré par un de leurs recruteurs qui m'a proposé de venir faire un test. Il a été concluant, mais je ne me sentais pas prêt à quitter le cocon familial. C'était un petit risque d'attendre, mais bon, ils ont continué à m'observer, tout comme l'OGCN d'ailleurs, et à 16 ans, j'intègre le centre de formation rhodanien.

Tu as grandi avec quelle génération ? J'ai beaucoup joué avec les 87, car ils manquaient d'arrières gauches, donc du coup, c'était Benzema, Ben Arfa, Mounier. Ma génération, les 88, n'était pas aussi douée. Bon, on s'est tous perdu de vue, puis un mec comme Karim était sur une autre planète, il était déjà avec l'équipe une et redescendait disputer quelques matchs de Gambardella. Avec l'OL, je fais quatre ans, deux en U18 et deux en CFA et un stage de préparation à Dubaï avec les pros. C'était encore le Lyon qui tapait le Real 3-0 et achetait des grands joueurs. Par exemple, à mon poste, ils avaient pris Grosso. Désormais, les gars du centre ont plus d'opportunité en équipe une.

Pourquoi tu as quitté la France pour la Belgique ? Quand tu sors de la CFA, ce n'est pas simple de trouver une place chez les pros. Ce n'était "que" de la D1 belge, mais tu rencontres Anderlecht, le Standard Liège, c'est mieux que de finir en National en fait. Et puis il y a une grosse communauté italienne à Mons, notamment le président du club. C'était une superbe expérience, mais je ne me sentais pas de rester vivre en Belgique.
[BR…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant