Migaud juge la situation des retraites complémentaires «préoccupante»

le
15

Avec les réserves des régimes de l'Agirc et de l'Arrco qui s'amenuisent, il existe « un risque » que les pensions soient réduites, selon le premier président de la Cour des comptes.

Les retraites complémentaires des cadres et des salariés Agirc et Arrco se trouvent dans une «situation financière préoccupante», a estimé, jeudi, le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud. Et ce, «malgré un pilotage passé plus rigoureux que celui du régime général», a-t-il déclaré lors de la présentation du rapport de la Cour sur les retraites complémentaires (nos éditions du 16 décembre). En effet, les réserves des deux régimes s'amenuisent à vitesse grand V, en particulier celles de l'Agirc (cadres) qui sera à sec dès 2018. Les partenaires sociaux, qui gèrent ces régimes, sont conscients des enjeux et doivent se retrouver en février pour négocier des mesures de redressement afin de trouver plus de 5 milliards par an à horizon 2018.

«Tous les leviers disponibles doivent être étudiés, si délicats soient-ils», a martelé Didier Migaud. Car si rien n'est fait, il existe «un risque» que les pensions soient réduites. La Cour liste donc les «leviers» à disposition du patronat et des syndicats, à commencer par une fusion des régimes Agirc et Arrco. Les réserves du second étant plus fournies que celles du premier, cela permettrait d'abord de gagner du temps. Les partenaires sociaux ne doivent pas non plus exclure de reporter l'âge de départ à la retraite au-delà des 62 ans en vigueur (en 2017) dans le régime général. «Exclure a priori le fait de différer les départs en retraite limiterait les marges de man½uvre des partenaires sociaux», argumente la Cour.

«Les partenaires sociaux ont fait eux-mêmes le constat de perspectives financières préoccupantes et du rapprochement des échéances, pour le régime Agirc notamment», ont réagi jeudi les gestionnaires des régimes dans un communiqué. Lors de leurs travaux préparatoires, «aucune question n'a été éludée», ont-ils précisé. Entre autres études, une simulation du report de l'âge de départ a été menée à la demande du Medef. Une autre, à la demande de la CGT, a porté sur une hausse des cotisations. G. G.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le vendredi 19 déc 2014 à 15:37

    Tous à la caisse des élus , la seule qui n'ait jamais de soucis !

  • slivo le vendredi 19 déc 2014 à 13:20

    Monsieur MIGAUD : appliquez au peuple français le même régime de retraite que le votre si vous êtes un honnête citoyen et non un "parvenu". Sinon, faites l'inverse, appliquez vous notre régime de retraite si vous comptez figurer parmi les "honnêtes hommes" dignes de crédibilité.

  • freignie le vendredi 19 déc 2014 à 09:37

    Quelle découverte !!!!!!! Assurément LA DECOUVERTE de 2014 ..... Cela fait des années que nos politiques ferment les yeux sur un dossier EPINEUX qu'ils se refilent de gouvernement en gouvernement telle une "patate chaude".... Ils ne font que mettre des pansements par ci par là sans prendre de réelles décision comme par exemple la fin des régimes spéciaux honteux... Notre pauvre nation n'est pas sortie de la m.... Heureusement que l'on a le coq en emblême ....

  • j.barbe6 le vendredi 19 déc 2014 à 09:27

    Et oui avec les Shadoks (les fonctionnaires) qui pompent toutes les ressources !

  • ceriz le vendredi 19 déc 2014 à 08:49

    le plus gros problème de la nation : ses élus ............

  • idem12 le vendredi 19 déc 2014 à 08:42

    Quelles réformes pour les retraites des parlementaires ?

  • tamtou le vendredi 19 déc 2014 à 08:10

    b.renie depuis 1995 vous prescrivez de doubler le système par répartition par un système par point.C'est bien mais on y a pensé avant vous, en France le système par point existe pour tous les salariés depuis 70 ans.

  • b.renie le vendredi 19 déc 2014 à 06:10

    Les partenaires sociaux se transforment en adversaires sociaux. Un système de retraites est un gros paquebot dont il faut anticiper les directions longtemps d'avance. Ils n'ont pas le droit de gérer à court terme comme poussent à le faire les syndicats avec leurs oukases doctrinaires et idéologiques. Résultat on va baisser les pensions actuelles et créer des drames à tous les échelons. Depuis 1995 je prescris de doubler le système par répartition d'un système par point, por en sortir en douceur

  • j.sallio le vendredi 19 déc 2014 à 01:42

    Pas de fusion, ils ont juste à cotiser plus comme tout le monde, et se faire leur retraite quand ils n'en auront plus. Ils ont intérêt de capitaliser sur leurs 3 années restantes, sinon il y aura du monde à la soupe populaire.

  • ceriz le vendredi 19 déc 2014 à 00:24

    parlez nous de la retraite des élus......... ? qu'on se marre