Mieux vaut Traoré que jamais

le
0
Mieux vaut Traoré que jamais
Mieux vaut Traoré que jamais

Débarqué à l'AS Monaco en janvier 2014 quand Dmitri Rybolovlev dépensait sans compter, Lacina Traoré a pour le moment passé l'essentiel de son temps à l'infirmerie. Et si, en marquant le but de l'égalisation à Anderlecht, l'Ivoirien avait enfin lancé sa carrière sur le Rocher ?

Janvier 2014, Dmitri Rybolovlev n'a pas encore divorcé, le fair-play financier pas encore frappé. Et l'AS Monaco apparaît encore aux yeux de l'Europe du football comme un rival potentiel du PSG sur le marché des transferts. Vu que le milliardaire russe a de l'argent à claquer pour son jouet, il rend service à son pote Suleyman Kerimov, en lui achetant pour 10 millions d'euros son attaquant ivoirien Lacina Traoré. Le club princier n'a alors pas besoin du géant de 2 mètres - Radamel Falcao ne s'est pas encore fait les croisés -, mais le président de l'Anji Makachkala doit réduire la voilure et vendre ce qui peut l'être, quitte à perdre sur ses investissements initiaux, en l'occurrence 19 millions d'euros pour Traoré. Sitôt son contrat jusqu'à 2018 signé pour un confortable salaire mensuel de 250 000 euros, le natif d'Abidjan part en prêt à Everton. Où il se pète les ischio-jambiers après seulement un match - et un but - en FA Cup contre Swansea le 16 février. Il ne le sait pas encore, mais c'est une traversée du désert qui commence pour lui.

Le tibia en vrac


Absent jusqu'à mai et une entrée en toute fin de match contre Hull City, Lacina Traoré retourne à Monaco la queue entre les jambes. Et le moral pas forcément au beau fixe, Sabri Lamouchi l'écartant au tout dernier moment de sa liste pour le Mondial 2014. L'ASM le récupère dans un état qui nécessite " une phase de reconditionnement ", avec notamment une fracture de fatigue au tibia droit. L'Ivoirien s'accroche, Leonardo Jardim fait remarquer son abnégation et sa bonne humeur, ainsi que son efficacité durant les entraînements où " il marque beaucoup ". Et lui offre du temps de jeu à l'automne. Lorsqu'il marque à Saint-Étienne le 9 novembre, Traoré pense entrevoir le bout du tunnel, mais son tibia continue de siffler. Hervé Renard, qui le retient pour la CAN en début d'année 2015, se souvient " qu'il mettait de la glace sur son tibia droit, mais il s'entraînait bien et ne se plaignait jamais ". Sauf qu'au retour de la compétition dont il ne dispute qu'une minute - " j'avais sept attaquants pour trois places, mais il a toujours bien accepté sa situation " explique Renard -, le grand Lacina doit se résoudre à se faire opérer, car il a rechuté. Sa passe décisive à Metz le 20 décembre 2014 marque la fin de sa première vraie saison monégasque, son retour attendra le 22 août 2015 et une entrée en fin de match à Toulouse. Sa…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant