Mieux que la carte de fidélité, le marketing géolocalisé

le
0
Avec le développement massif de l'usage des smartphones, les services mêlant réseaux sociaux et offres commerciales localisées à proximité des endroits où l'on se trouve devraient se multiplier.

«Les cartes de fidélité plastiques disparaîtront dans un futur proche, nous le savons très bien», explique Marc Bidou, PDG de Maximiles, société spécialisée dans la fidélisation sur Internet. Cela ne le soucie pas, bien au contraire. Il vient ainsi de racheter le site DisMoiOu, leader en France de la recherche locale communautaire sur terminaux mobiles (iPhone et Androïd en attendant Bada). Et il compte bien appuyer son développement futur sur les nouveaux outils de géolocalisation.

Concrètement ce genre de site permet de s'échanger entre membre du réseau ses bonnes adresses (restaurants, boutiques, loisirs, etc.) ou de trouver les commerces à proximité du lieu où l'on se trouve. Mieux, cela permet aux commerçants de proposer des opérations promotionnelles ciblées. Une alerte peut ainsi se déclencher lorsque l'on passe à côté d'un restaurant qui offre aujourd'hui le café avec son menu du jour ou un magasin de vêtements qui solde ses chemises. Jusqu'à présent, ce sont surtout les petits commerçants qui se sont emparé de ce nouvel outil pour recruter des clients mais les grandes marques et enseignes s'y intéressent de plus en plus.

Jusqu'à présent, DisMoiOu n'a cherché qu'à étendre ses utilisateurs (1million d'applications téléchargées, 1,2 million d'avis recensés) et est resté gratuit pour les annonceurs. Mais les choses devraient progressivement changer. « Nous ne visons pas un nouveau marché, il existe déjà c'est celui de la publicité locale et il pèse dix milliards d'euros par an rien qu'en France », se réjouit Marc Bidou.

Avec les 18 millions d'utilisateurs d'Internet mobile qui passent un temps grandissant sur les multiples applications disponibles, le terrain est particulièrement propice. Les perspectives sont multiples : cartes de fidélités mobiles, promotions géolocalisées, offres de bienvenue... En fournissant des données plus précises sur nos modes de consommation et de déplacement, des algorithmes prédictifs doivent même permettre de mieux cerner nos goûts et ainsi de proposer des marques, enseignes, produits qui nous correspondent.

Si certains consommateurs restent réticents face à cette approche, les professionnels du marketing, eux, sont aux anges. D'ailleurs, le SoLoMo (pour Social Local Mobile) est la nouvelle expression qui agite les spécialiste d'Internet. La preuve ? Le Web'11, la conférence internationale organisée par Loïc Le Meur à Paris, début décembre, avec les grands pontes de la Silicon Valley à retenu comme thème central ces réseaux sociaux mobiles.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant