"Mieux que l'imprimante 3D" pour révolutionner la construction: le bois

le
0

(AFP) - "On prétend que l'imprimante 3D est l'avenir de la construction. Mais un arbre est une imprimante 3D qui a des milliers d'années d'évolution derrière elle, c'est un matériau sublime, parfait", dit l'architecte Steven Ware qui signe l'un des plus hauts bâtiments en bois de la capitale.

En lisière du périphérique, avenue de la porte d'Ivry dans le 13e arrondissement, les 6.000 m2 de l'immeuble de bureaux Opalia-Bédier Est, destiné à abriter des services de la Ville de Paris, seront livrés au premier trimestre 2017, après un chantier express de 18 mois.

De plus en plus utilisé pour le logement, le bois l'est encore peu dans les bureaux, notent les professionnels réunis jusqu'à vendredi au Simi, le salon de l'immobilier d'entreprise, au Palais des Congrès de Paris. 

Or si l'on considère que la durée de vie d'un immeuble tertiaire est en moyenne de 30 ans, "les avantages du bois, plus facile à démonter et à recycler que les matériaux traditionnels, apparaissent évidents" dit M. Ware, directeur de l'agence Art and Build.

Grâce à la préfabrication des éléments - des panneaux de bois livrés et montés sur place -, quatre étages ont déjà vu le jour mi-novembre, sur les sept que comptera Opalia.

Cette rapidité d'exécution réduit les coûts et assure un chantier à l'abri des intempéries, pour lequel il est plus aisé de trouver de la main d'oeuvre car les ouvriers travaillent "au chaud" explique Olivier Malandain, directeur général adjoint de la société Briand, en charge de la construction. 

Pour dynamiser la filière bois, qui compte 440.000 emplois, l'Association pour le développement des immeubles à vivre bois a lancé un appel à manifestation d'intérêt, dans le cadre duquel 24 immeubles de grande hauteur seront construits, dont 18 dédiés au logement et 4 aux bureaux.

- Un pompier "préfère un bâtiment en bois" -

Opalia, lui, associe trois matériaux: le bois (pour la structure, les planchers, une façade), le métal et le béton.

"Nous ne sommes pas des orthodoxes du +tout bois+, notre démarche est de trouver la meilleure combinaison de matériaux possible, pour construire des bâtiments frugaux, économiques dans leur exploitation", explique Patrick Canac, président du spécialiste des bâtiments industriels abcd, qui réalise l'immeuble.

Innovante, la façade qui surplombe le périphérique, est dotée d'une "double peau" faite de deux épaisses vitres séparées de 40 cm, qui fait office de pare-soleil et crée une ventilation naturelle, en bloquant l'air chaud. Elle sera recouverte d'un bardage en bois "pré-vieilli, pour ne pas réserver de surprises" (changement de teinte, coulures...) en prenant de l'âge.

Contrairement aux idées reçues, en cas d'incendie la construction en bois présente un réel avantage: en fonction de l'épaisseur du bois, il est aisé de calculer sa résistance au feu.

"Un pompier préfère entrer dans un bâtiment en bois car il sait précisément combien de temps celui-ci va résister, alors qu'une construction en acier et béton peut s'effondrer n'importe quand", rapporte David Crasnier, directeur général chez Briand Construction bois. 

Mais dans un pays qui compte des géants mondiaux du BTP, le béton est défendu par de puissants lobbies et employer des procédés de construction alternatifs donne lieu à une âpre négociation avec les organismes certificateurs.

"Aujourd'hui quand on parle filière bois en France, on se heurte à une forte inertie administrative: il faut être un vrai militant pour s'inscrire dans ce genre d'approche", déplore M. Canac.

Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), qui doit valider les constructions innovantes, se montre parfois tâtillon, exigeant de nombreuses rectifications avant d'approuver des plans, rapporte abcd.

De fait, les panneaux de bois lamellé-collé utilisés pour Opalia ont été fournis par le leader du marché, l'Autrichien KLH, car "les produits nationaux ne sont pas encore couverts par des avis techniques", souligne M. Crasnier.

En outre les producteurs de bois de l'Hexagone, souvent des entreprises artisanales, peinent à fournir de fortes quantités, ce qui ralentit l'essor de la filière.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant