Microsoft tente d'investir les smartphones sous Android via Cyanogen

le
0
Microsoft tente d'investir les smartphones sous Android via Cyanogen
Microsoft tente d'investir les smartphones sous Android via Cyanogen

La dernière version du système d'exploitation mobile alternatif Cyanogen OS intègre désormais les principales applications et les services de Microsoft tels qu'Office, Skype, OneDrive, Outlook ainsi que son assistant intelligent Cortana.Cyanogen OS est un système d'exploitation directement dérivé d'Android, relativement populaire auprès des geeks et compatible avec un nombre limité d'appareils. Il peut ainsi se substituer à l'original et offre l'avantage d'être personnalisable, en désinstallant par exemple certains programmes ou surcouches logicielles obsolètes afin de rendre le terminal plus réactif et performant. De fait, son éditeur Cyanogen espère à terme séduire les constructeurs avec son offre plus légère et attractive qu'Android.

Pour mener à bien ce projet, Cyanogen est soutenu par de grands groupes tels que Qualcomm, Telefonica ou encore Microsoft. C'est ainsi que la dernière version de Cyanogen OS (13.1), pour le moment optimisé pour le OnePlus One, permet donc de se passer des services de Google pour profiter de ceux de son rival Microsoft qu'il s'agisse de sa suite bureautique ou de ses outils de communication ou de stockage de données dans le cloud. Elle dispose même de l'outil Hyperlapse qui permet de réaliser des time-lapses, ces petites animations à base d'effet d'ultra accéléré réalisé image par image.

De fait, ce qui aurait dû être un téléphone sous Android se rapproche davantage d'un appareil sous Windows. Cela représente surtout un moyen supplémentaire pour Microsoft de populariser ses applications et de gagner des utilisateurs, alors même que les ventes de smartphones fonctionnant sous Windows ne décollent toujours pas (0,7% de parts de marché au 1er trimestre 2016 selon Gartner).

Microsoft a déjà dû se résoudre à exporter progressivement ses technologies dans un premier temps exclusives vers les plates-formes Android et iOS, beaucoup plus populaires. C'est par exemple le cas de Cortana dont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant