Microsoft rachète la startup berlinoise derrière l'application Wunderlist

le
0
Microsoft rachète la startup berlinoise derrière l'application Wunderlist
Microsoft rachète la startup berlinoise derrière l'application Wunderlist

Le groupe informatique américain Microsoft a annoncé mardi le rachat de la startup berlinoise 6Wunderkinder, à l'origine de l'application de gestion de tâches Wunderlist.Les modalités financières de l'opération ne sont pas divulguées, mais le Wall Street Journal, qui évoquait l'opération plus tôt dans la journée en citant une source proche du dossier, l'a chiffrée entre 100 et 200 millions de dollars.Créée en 2010, l'application Wunderlist revendique aujourd'hui plus de 13 millions d'utilisateurs, ayant créé collectivement plus d'un milliard de listes de choses à faire. Elle permet de travailler en équipe, en partageant ce type de listes ou des programmes sans passer par les courriels, en permettant à chacun de gérer ses tâches à partir d'un smartphone ou d'une tablette."C'est seulement le début. Nos aspirations sont bien plus grandes", a commenté Christian Reber, le patron-fondateur de 6Wunderkinder, dans un message sur le site de Wunderlist, faisant miroiter de nouvelles fonctionnalités dans les prochains mois."Microsoft nous donne accès à une énorme richesse en termes d'expertise, de technologies et de personnel, qu'une petite entreprise comme nous ne peut que rêver d'amasser toute seule", a-t-il fait valoir. L'application Wunderlist est aujourd'hui utilisable gratuitement dans sa version de base, mais existe aussi dans une version "pro", sans limite de volume pour les documents partagés, facturée 4,99 dollars par mois aux Etats-Unis, ainsi que dans une version également payante spécialement destinée aux entreprises.Microsoft assure que les tarifs resteront inchangés, dans le message annonçant l'opération sur son site internet."L'addition de Wunderlist au portefeuille de produits de Microsoft va parfaitement avec notre ambition de réinventer la productivité pour un monde mettant le mobile et (les services dématérialisés en ligne dans) le +cloud+ d'abord", a commenté le groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant