Microsoft annonce une mise à jour de Windows 8, au succès incertain

le
0
Microsoft annonce une mise à jour de Windows 8, au succès incertain
Microsoft annonce une mise à jour de Windows 8, au succès incertain

Microsoft prépare une importante mise à jour dès 2013 pour la dernière version de son système d'exploitation, Windows 8, qui devait rattraper son retard dans le mobile mais au succès jusqu'ici mitigé."Windows Blue est un nom de code pour une mise à jour qui sera disponible plus tard cette année", a annoncé Tami Reller, directrice financière et marketing de la division Windows, dans un entretien publié mardi sur le site internet du géant américain des logiciels.Elle promet, sans détailler, "plus d'options" et une réponse "aux retours des clients (...) depuis le lancement de Windows 8".Windows 8, lancé il y a six mois, entendait réinventer ce produit vedette de Microsoft pour l'adapter aux appareils mobiles, un marché en plein boom où il est distancé par les logiciels rivaux d'Apple (iOS) et Google (Android).Symboliquement, le traditionnel menu "démarrer" avait été supprimé et remplacé par un écran d'accueil à gros boutons, adapté aux écrans tactiles des tablettes et des smartphones.En comptant les mises à jour de versions précédentes de Windows et les ordinateurs ou tablettes neufs, Microsoft dit avoir vendu plus de 100 millions de licences pour Windows 8 en six mois, un niveau similaire à celui enregistré pour Windows 7.La tablette Surface, présentée par Microsoft comme une "vitrine" pour Windows 8, s'est finalement vendue à seulement 900.000 exemplaires au premier trimestre (contre 19,5 millions d'iPad), et Windows n'y a pesé que 3,7% du marché des tablettes, contre 56,5% pour Android et 39,6% pour iOS, selon le cabinet IDC.Windows 8 n'a pas non plus relancé les ventes de PC, en crise, comme à chaque nouvelle version du logiciel: elles ont plongé de plus de 10% au premier trimestre.Pour l'analyste indépendant Jeff Kagan, Windows 8 "était trop novateur trop rapidement, ce qui a rebuté les consommateurs".D'autres experts sont moins négatifs. Robert Enderle, un...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant