Microsoft abandonne la fabrication de smartphones

le
0
Microsoft abandonne la fabrication de smartphones
Microsoft abandonne la fabrication de smartphones

Le géant américain de l'informatique Microsoft a annoncé la suppression de 1.850 emplois dans sa division fabriquant des smartphones, et un responsable syndical finlandais a affirmé que le groupe cesserait d'en produire.Dans un communiqué, Microsoft a rendu publique sa décision de "rationaliser" cette division, ce qui "aboutira à une suppression d'emplois allant jusqu'à 1.350 au sein de Microsoft Mobile en Finlande, ainsi que de 500 autres emplois dans le reste du monde"."Nous concentrons nos efforts dans les téléphones là où nous pouvons faire une différence", a déclaré Satya Nadella, le patron du groupe, cité dans le communiqué.Un délégué du personnel de Microsoft Mobile, Kalle Kiili, a précisé à l'AFP que cela signifiait un arrêt de la production. Microsoft "ne fabriquera plus d'appareils, du moins pour le moment. Il fera des néanmoins des logiciels", a-t-il déclaré.Contacté par l'AFP aux Etats-Unis, Microsoft n'a ni confirmé ni démenti l'abandon de la production de smartphones."Nous continuerons à développer de nouveaux appareils et à adapter Windows 10 pour les petits écrans, à faire du support pour les téléphones Lumia comme le Lumia 650, le Lumia 950 et le Lumia 950XL, et pour les téléphones de nos partenaires chez les fabricants comme Acer, Alcatel, HP, Trinity et Vaio", a juste indiqué un porte-parole. "Nous n'avons rien à communiquer au sujet de notre feuille de route sur les produits futurs."Les mesures de restructuration annoncées mercredi seront appliquées pour l'essentiel d'ici la fin d'année et totalement achevées d'ici juillet 2017. Financièrement, elles vont se traduire par une charge de 950 millions de dollars dans les comptes de Microsoft pour le trimestre en cours: ce montant recouvre environ 200 millions de dollars d'indemnités de licenciement, mais aussi des dépréciations d'actifs.Après avoir raté le virage du mobile, Microsoft avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant