Microbes : la poignée de main en sursis ?

le
0
Une étude préconise au personnel hospitalier d'éviter ce geste ancestral pour limiter les infections nosocomiales. » Les infections nosocomiales sont difficile à traiter

Dédaignant la poignée de main ou la bise, les jeunes se disent parfois bonjour par un contact entre leurs poings fermés. Une pratique de la rue qui pourrait être recommandée dans les couloirs des hôpitaux. En effet, selon une étude publiée dans le numéro de décembre de The Journal of Hospital Infection, se toucher les poings au lieu de se serrer la main permettrait de limiter la transmission des bactéries, beaucoup plus nombreuses dans la paume de nos mains que sur nos phalanges.

L'équipe de West Virginia University qui a rédigé l'article l'affirme: «Après s'être lavé les mains, jusqu'à 80% des individus conservent sur leurs doigts et dans la paume des bactéries susceptibles de transmettre des maladies». Or, les chercheurs ont mesuré que se serrer la main expose trois fois plus de sur...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant