Micky Hazard : " Eden, tout le monde pensait que c'était mon fils ! "

le
0
Micky Hazard : " Eden, tout le monde pensait que c'était mon fils ! "
Micky Hazard : " Eden, tout le monde pensait que c'était mon fils ! "

Bien avant qu'Eden Hazard n'enflamme Stamford Bridge, Micky de s'illustrait dans les eighties. Interview d'un homme qui a joué à Chelsea et à Tottenham, mais qui a le cœur blanc.

Comment tu es devenu footballeur ? J'étais très jeune et je jouais pour l'équipe de mon école. Tottenham avait envoyé des scouts dans le Nord de l'Angleterre et ils ont vu que j'étais un bon joueur. À partir de là, ils m'ont pris avec eux. C'était aussi simple que ça, si j'étais au niveau, j'étais pris pour cette aventure. Et comme n'importe quel gamin, mon rêve était d'être footballeur. Je n'aurais manqué cette chance pour rien au monde.

Tu as toujours été fan de Tottenham ? Non, pas vraiment. Je suis né dans le Nord de l'Angleterre, donc Sunderland était l'équipe que tous les gens aimaient. Sauf qu'à mes 11, 12 ans, je me suis pris de passion pour les Spurs qui avaient, à l'époque de quand j'étais gamin, une équipe qui faisait rêver. Et à partir de cet âge-là, je suis devenu un énorme fan de Tottenham.

Qu'est-ce que cela t'a fait de porter les couleurs des Spurs ? C'est peut-être le sentiment le plus dingue que j'ai pu connaître quand j'étais jeune. Quand tu portes le maillot blanc des Spurs et que tu entres sur la pelouse de White Hart Line, c'est un sentiment incroyable. Les fans chantent ton nom, c'est fantastique. Même dans mes rêves, je ne pensais pas pouvoir jouer dans un club pareil.

Quelle sensation ça t'a procurée de jouer à White Hart Lane ? La première fois que j'y suis allé, j'avais 12, 13 ans et c'était une folie. Alors imagine-toi ce que j'ai pu ressentir quand, à mes débuts, j'ai pu fouler la pelouse. Je me souviens que j'étais à côté de Glen Hoddle et c'était un rêve d'enfant qui venait de se réaliser. Je me disais : " C'est bon, tu as rempli une partie de tes objectifs, le reste c'est à toi de le faire. "

Tu te souviens de ton premier match avec Tottenham ? Bien sûr que je me souviens de mon premier match. On avait gagné trois-zéro et j'avais été élu homme du match. On m'avait élu meilleur joueur de la rencontre à la place de types qui étaient bien meilleurs que moi. Je fais marquer et je marque aussi un but et bon, je prends le trophée du jour. Je ne pouvais pas faire mieux comme début. Parfois, quand des joueurs commencent leurs carrières, ils sont timides, ils…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant